Denis Sassou Nguesso, président du Congo: c’est reparti pour sept ans

Les résultats complets provisoires de l’élection présidentielle congolaise du 12 juillet ont été rendus publics ce mercredi. Ils placent le chef d’Etat sortant Denis Sassou Nguesso en tête des douze candidats en lice, avec 78,61% des suffrages obtenus. Mathias Dzon, opposant radical, considéré comme le principal adversaire du chef de l’Etat congolais, aurait obtenu 2,30% des voix, selon les chiffres annoncés par le ministère de l’Administration territoriale.

Pas de surprise, donc ! Denis Sassou Nguesso, 66 ans, est réélu à la tête du Congo pour un nouveau mandat de sept ans. Il a obtenu, à l’issue du vote du 12 juillet, 78,61% des suffrages, selon les résultats complets provisoires rendus publics ce mercredi, à Brazzaville, par le ministre de l’Administration du territoire, Raymond Mboulou. Ce score correspond à 1 055 117 des voix. Le candidat indépendant, Joseph Kignoumbi Kia Mboungou, arrive en deuxième position avec 7,46% des voix, devant l’opposant modéré Nicéphore Fylla de Saint-Eudes (Parti républicain libéral, PRL), qui recueille 6,98% des suffrages.

66,42% de taux de participation

Mathias Dzon, ancien ministre des Finances de Denis Sassou Nguesso, devenu son opposant radical et principal adversaire, n’aura obtenu que 2,30% des voix, d’après les résultats provisoires. Le taux de participation, objet de polémiques, au lendemain du scrutin, serait de 66,42%, selon les chiffres annoncés ce mercredi par le ministre de l’Administration territoriale.

Six des douze candidats en lice dont Mathias Dzon, qui avaient appelé au boycott pour protester contre une mascarade annoncée, avaient indiqué, lundi, que le scrutin avait été marqué par un taux d’abstention record de plus de 90% et réclamé son annulation. Ils avaient aussi dénoncé des fraudes massives perpétrées par des militaires proches du régime en place. Mais leurs accusations avaient été rejetées par le gouvernement congolais qui avait indiqué que l’élection s’était déroulée dans le calme et la transparence.

En attendant les résultats définitifs et leurs validations par les autorités compétentes, Denis Sassou Nguesso est désormais certain de tenir les rênes du Congo pendant sept nouvelles années. Arrivé au pouvoir en 1979 après un coup d’Etat, il avait dirigé le pays jusqu’en 1992. Battu aux élections de cette année-là, Sassou-Nguesso quitte le pouvoir avant de le reprendre en 1997 par un coup de force. En 2002, il a été réélu pour sept ans, après avoir modifié la Constitution à son avantage.

Lire aussi:

 Présidentielles au Congo : le taux d’abstention fait polémique

 Congo : une présidentielle sans surprise

 Denis Sassou Nguesso candidat à la présidence du Congo