Démarrage effectif de la production pétrolière en Mauritanie

La Mauritanie a démarré vendredi sa production pétrolière en offshore sur le champ Chinguitti, indique un communiqué du gouvernement.

Dans le même communiqué, les autorités mauritaniennes se
félicitent des retombées attendues de l’exploitation pétrolière sur l’amélioration des conditions de vie des populations.

Le gouvernement souligne encore dans son communiqué qu’il
s’assurera que l’exploitation de ce gisement n’affectera pas l’environnement et que la gestion des ressources générées par cette mise en exploitation se fera dans la transparence.

Le gouvernement mauritanien a cependant rappelé qu’il considérait nuls et non avenus les avenants modifiant le contrat de partage de la production avec ses partenaires de la société australienne Woodside.

Ces avenants ont valu à l’ancien ministre de l’Energie et du Pétrole, Zeidane Ould H’Meida, une mise en examen depuis le 23 janvier dernier.

Le gouvernement mauritanien conteste la régularité de ces
avenants, invoquant le danger que font peser ces modifications sur l’environnemental des côtes.

Le gisement en offshore de Chinguitti dont les réserves sont estimées à 120 millions de barils avec une production quotidienne de 75.000 barils/jour, a été mis en évidence en 2002 par la société australienne Woodside.

Fiche technique du champ pétrolier Chinguitti

Le champ pétrolier en offshore
dit « projet Chinguiti », en référence à la cité antique de
Chinguitti, dans la région de l’Adrar, est situé à l’intérieur du
périmètre d’exploitation du champ Chinguitti, dans la zone B du
contrat de partage de production.

Le champ pétrolier a été découvert en 2001 et comprend six puits de production, cinq puits pour la réinjection d’eau et un pour la réinjection de gaz. Ses réserves sont estimées à 120 millions de barils.

Le navire « la Berge Hélène », d’une capacité de 1,6 million de barils, a mouillé l’ancre dans les environs du champ pétrolier pour transporter la production.

La société australienne Woodside, principal opérateur, détient 47,38% des parts, le groupe Hardman 19%, la Société mauritanienne des hydrocarbures (SMH) 12%, Premier Oil 8,12% et Roc Oil 3,24%.

Le projet Chinguitti aurait coûté 720 millions de dollars.