Décès du jeune Gaël Moundounga : Le gouvernement s’explique

Selon les témoignages des habitants du quartier Akébé-Plaine, le jeune Gaël Moundounga, qui prenait tranquillement sa bière dans un snack bar a été tué ‘’innocemment’’ par les forces de l’ordre, alors qu’il tentait de fuir les militaires enragés. Selon le ministère de la défense nationale, le jeune homme de 22 ans serait mort au cours d’une vive altercation avec les éléments du 1er régiment parachutiste gabonais. Lire le communiqué du gouvernement.

Communiqué du ministère de la défense nationale

Suite à l’accident regrettable intervenu dans la nuit du samedi 7 au dimanche 8 janvier 2012 à 2 heures du matin au quartier Akébé-Plaine, entre une patrouille du 1er régiment parachutiste gabonais et un groupe d’individus, au cours duquel un compatriote a trouvé la mort, le ministère de la défense nationale tient à apporter les précisions sur les faits.

Dans le cadre de la sécurisation de la coupe d’Afrique des nations 2012, que le Gabon co-organise avec la république sœur de la Guinée Equatoriale, les forces armées gabonaises ont reçu pour missions d’appuyer l’action des forces de première catégorie (gendarmerie nationale et forces de police nationale), avant, pendant et après ce grand événement sportif.

Comme nous le savons tous, la sécurité constitue un des facteurs déterminants de la réussite de cette compétition internationale.

C’est dans ce contexte que le 1er régiment parachutiste gabonais a reçu l’ordre d’effectuer des missions de patrouille dans les quartiers où de nombreux cas d’insécurité sont enregistrés au quotidien.

En effet, plusieurs quartiers de notre cité sont devenus depuis un certain temps des zones de non-droit où règnent assassinats, viols, braquages, etc. Ces actes de grand banditisme maintes fois relayés par les médias nationaux, ne sauraient laisser indifférentes les forces de défense et de sécurité. D’ailleurs à ce sujet, l’Union en a fait la ‘’Une’’ de son numéro 10 822, du mardi 3 janvier 2012, attirant ainsi, une fois de plus, l’attention des plus hautes autorités de l’Etat.

Concernant les conditions du décès de ce compatriote, il est à préciser que celui-ci est intervenu après une interpellation par les militaires, d’un groupe d’individus échaudés devant un snack bar situé au niveau du marché d’Akébé-Plaine, vers 2 heures du matin. Les militaires, pris violement à partie par lesdits individus, dont la victime qui les menaçait à l’aide d’une arme blanche, ont riposté en faisant usage de la force.

Après cet incident, les éléments de la patrouille ont été mis aux arrêts pour nécessités d’enquêtes.

Le ministère de la défense nationale qui déplore cet incident malheureux, présente à la famille du disparu ses sincères condoléances et rassure, par ailleurs l’opinion nationale que l’enquête en cours se poursuivra en toute impartialité.

Le ministère de la défense nationale appelle encore une fois au civisme des populations, pour un strict respect des règles et lois de la république, et à une bonne collaboration avec l’ensemble des forces de défense et de sécurité pendant les opérations de contrôle et où de patrouille.

P.O. le secrétaire général adjoint 2

Dominique Guy Noël Nguieno.