De plain pied dans la Méditerranée

L’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) jouit désormais d’une représentation régionale pour l’Europe de l’Ouest et le Maghreb à Bruxelles (Belgique). En plus d’accroître la coopération entre ces deux zones géographiques dans le domaine de l’enseignement supérieur, le nouveau bureau aura pour mission de renforcer la capacité du Maghreb à devenir un acteur majeur de la coopération Sud-Sud sur le continent.

L’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) a récemment ouvert son bureau régional Europe de l’Ouest et Maghreb (BEOM) à Bruxelles, la capitale européenne. Cette installation intervient alors que l’Algérie vient de rejoindre l’AUF et que l’Espagne tape à sa porte. C’est la neuvième antenne régionale dont se dote l’agence universitaire, assurant ainsi toute la couverture du continent africain avec au total trois bureaux (Afrique centrale et Afrique de l’Ouest). Le BEOM chapeaute 224 membres. Après avoir été rattachés au Moyen-Orient, l’Algérie, le Maroc et la Tunisie retrouvent dans cette nouvelle configuration leur partenaire de toujours, l’Europe, avec laquelle ils partagent la Méditerranée et auprès de laquelle ils ont le statut de pays associés. Un espace commun qui explique en partie, selon Philippe Lepoivre, directeur du BEOM, la pertinence d’un tel regroupement. Situé à l’Espace International Wallonie Bruxelles, le nouveau relais régional de l’AUF s’intègre tout naturellement au dispositif francophone belge et affiche ses ambitions européennes et euro-maghrébines. En ce qui concerne exclusivement le Maghreb, la structure entend non seulement participer à une meilleure intégration de l’éducation supérieure au sein de la région, mais aussi, avec l’Europe.

Des interactions économiques et pédagogiques

Il accompagnera également les réformes qui sont mises en œuvre dans ces pays. Des réformes similaires à celles en cours en Europe depuis la rencontre de Bologne, qui a marqué le lancement du processus d’harmonisation des diplômes européens. Il s’agit également d’aider les institutions maghrébines à saisir les opportunités liées à l’accroissement attendu des relations économiques avec le Vieux continent et son élargissement à l’Est. Ainsi, des étudiants d’Afrique du Nord grâce aux bourses de mobilité que propose l’agence, peuvent effectuer des stages professionnels pour mieux s’intégrer dans la vie active. Ceci dans un contexte où de plus en plus de diplômés se retrouvent sans débouché professionnel. A noter que beaucoup d’entreprises françaises ou espagnoles délocalisent leurs activités vers ces pays. Enfin, la représentation régionale de l’AUF va travailler à renforcer les liens entre les différentes zones de la francophonie africaine en étoffant l’offre de formation provenant du Maghreb à destination des autres pays africains.

Notamment dans le domaine de l’enseignement à distance, puisqu’elle va favoriser la création de contenus pédagogiques numériques à travers la formation des formateurs. La politique de l’agence est en effet de favoriser dans ce domaine le développement des échanges Sud-Sud. L’AUF, qui comptera bientôt près de 500 membres – des universités publiques et privées, des instituts d’enseignement supérieurs, centres ou institutions de recherche -, repartis dans près de cinquante pays sur les cinq continents, est un opérateur direct de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche. Sa mission principale est la constitution d’un espace universitaire francophone. Les membres de l’AUF n’appartiennent pas toujours à la Francophonie. C’est le cas de la Chine et de l’Algérie.