David Norden, le Net antiquaire africain

Plus d’une centaine d’antiquités africaines se donnent à voir et à acheter sur African-antiques. Une boutique virtuelle, très fonctionnelle, pour curieux et collectionneurs, servie par de belles photos et par de nombreuses informations culturelles.

Statuettes, masques et objets divers, African-antiques, le bien nommé Net-antiquaire, propose aux collectionneurs plus d’une centaine d’antiquités africaines. Le site, agrémenté par de nombreux précis culturels, s’inscrit également comme un lieu de rencontre à travers un groupe de discussion sur l’art africain.

 » A la base, ce n’était qu’une simple carte de visite « , confie David Norden le responsable du site. Cet antiquaire belge, qui dispose de sa propre boutique à Anvers (Belgique), voyait en Internet une bonne vitrine pour son activité :  » beaucoup moins chère que de la publicité dans des médias spécialisés « . Aujourd’hui, avec 700 visites par semaine, sa boutique virtuelle lui permet de vendre régulièrement via le Net.

Belles photos et informations culturelles

Photographe de formation, David Norden se charge lui même des différentes prises de vue. On ne s’étonnera donc pas que les clichés des articles soient très réussis. Une belle mise en valeur dont personne ne saurait se plaindre.

A côté de la partie uniquement commerciale, l’internaute pourra trouver de nombreuses informations culturelles relatives à l’origine des antiquités proposées.  » Il est impossible de faire un bon site sans avoir de bonnes informations « . Des Senufos de Côte d’Ivoire aux Bambaras du Mali en passant par l’art malgache, les renseignements n’ont toutefois pas la prétention d’être exhaustifs.

Un site marchand, certes, mais un site  » utile  » où les informations se veulent avant tout pratiques. Tout comme la navigation à l’intérieur de la boutique, très simple, grâce à laquelle on peut accéder aux pages désirées en un minimum de clics.

Enfin, avec les cent-trente membres de son groupe de discussion, African-antiques dépasse son caractère mercantile pour regrouper une véritable petite communauté virtuelle, l’une des premières finalités du Web.