Danse l’Afrique danse !

Les Rencontres chorégraphiques de l’Afrique et de l’Océan indien ont dix ans. Pour fêter cette première décennie, la 6e édition, intitulée « Danse l’Afrique danse », pose ses bagages à Paris, au Théâtre de la cité Internationale du 22 au 30 avril. L’occasion de jeter un coup d’œil sur une discipline artistique encore trop méconnue, peu reconnue et souvent mal-comprise.

Par Joan Tilouine

10 ans déjà ! Organisées par l’Association française d’action artistique (AFAA) – en partenariat avec RFI et le Théâtre de la cité Internationale- les rencontres chorégraphiques sillonnent le continent depuis maintenant une décennie. Objectif : valoriser l’émergence des expressions chorégraphiques africaines. La danse, une des pierres angulaires de la culture africaine, ne se résume pas à quelques déhanchés festifs. Elle peut s’élever pour exprimer des messages profonds, témoigner de réalités, imaginer, débattre, rêver.

Les chorégraphies exhument des arts et traditions séculaires qu’elles mixent avec des influences de modernité, le tout conté dans la langue universelle des corps. A côté de la culture des mots, la culture des gestes pense et s’exprime. Dans cette logique, « Danse l’Afrique danse ! » se veut à la fois une découverte artistico-esthétique et un média d’information unique et insolite sur le continent africain.

Un concours panafricain regroupant 11 compagnies

Les Rencontres chorégraphiques s’adressent avant tout aux professionnels, par le biais d’un concours panafricain où se surpassent les compagnies retenues. Cette année, onze compagnies ont été sélectionnées -sur 98 candidatures provenant de 30 pays- pour y participer et tenter de décrocher l’un des trois prix attribués par le jury. Elles proviennent tout droit du Nigeria, du Cameroun, du Mozambique, d’Afrique du Sud, du Tchad, du Burkina Faso, du Tchad, du Congo, et du Kenya.

Le grand public n’est pas en reste. Le Théâtre de la cité Internationale a bloqué trois dates de représentations ouvertes à toutes et à tous. Et pour ceux qui ne peuvent s’y rendre, les trois compagnies lauréates du concours bénéficieront -entre autre – d’une tournée de plusieurs mois en France et dans le monde à partir de mai 2006.