Dans la chaleur du Ramadan

Le ramadan débute samedi en France et sera suivi par des millions de musulmans. Le mois sacré, qui commence cette année en août, s’avèrera plus pénible, en raison des fortes chaleurs, que celui de 2007.

Jeûner en plein été ne sera pas une sinécure pour les 3,5 millions de musulmans qui débuteront le ramadan samedi en France. Un mois de prière et de jeûne durant lequel les croyants doivent s’abstenir de boire et de manger du « lever de l’aube » au « coucher du soleil ». Avec la chaleur et des journées de plus de dix heures, les conditions de jeûne risquent d’être plus difficiles à supporter. Quelques consignes à respecter pour éviter des vertiges et autres désagréments du même genre.

Fatima Oulhadj, diététicienne à Bagnolet insiste sur l’importance de s’hydrater après la rupture du jeûne. « Quand il fait très chaud, on doit boire 2 à 2,5 litres d’eau. Le thé, le café et la soupe permettent aussi de s’hydrater ». Quant à l’alimentation, « les fruits et les légumes riches en potassium sont recommandés ainsi que le sel qui comblera la perte des minéraux due à la transpiration ». « Dans la journée, poursuit-elle, les personnes doivent ménager leurs efforts, ne pas sortir pendant les heures les plus chaudes, se protéger du soleil en portant un chapeau et, si c’est possible, prendre des douches ».

La chaleur menace particulièrement les personnes les plus vulnérables. Le jeûne, combiné à des températures élevées, peut se révéler dangereuse notamment pour les femmes enceintes, qui ne sont pas obligées de faire ramadan, les personnes diabétiques.

La peur de l’isolement

Mais en France, beaucoup de musulmans ont dû mal à arrêter le jeûne quand ils sont malades. Et ce, même si le Coran les y autorise. Une attitude que le médecin généraliste Mohammed Gharmaoui explique par la peur des croyants, dont beaucoup sont immigrés, de se sentir isolés de leur communauté. « C’est un événement très important pour eux. La plupart ont commencé le ramadan dans leurs pays d’origine. Cette période leur permet de renouer avec leurs racines et de se retrouver entre musulmans ». La plupart du temps, les gens arrêtent le jeûne après une mauvaise expérience du type évanouissement, d’« où la nécessité d’expliquer aux patients l’importance de se mettre à l’écoute de leurs corps », souligne le docteur Gharmaoui.

Les musulmans africains, confrontés depuis toujours à la chaleur, ont appris à être attentifs à ces contraintes physiologiques et climatiques. Les horaires de travail sont ainsi aménagés pour éviter que de tels incidents ne surviennent pendant le ramadan. « Les employés commencent plus tôt pour éviter de travailler pendant les heures chaudes », rapporte Souleymane Dieng, oto-rhino-laryngologiste et musulman pratiquant, installé dans dans la capitale ivoirienne, Abidjan. « En Côte d’Ivoire, les personnes n’hésitent pas à rompre le jeûne s’ils sentent que la chaleur est trop intense », ajoute-t-il.

Face à la chaleur, il faut prendre ses précautions mais il n’y a pas non plus de quoi s’alarmer. Météo France annonce des températures plus clémentes pour la semaine prochaine. Ce qui laissera aux musulmans un peu de répit avant la rentrée.