Dans l’OEil de la création

Les Editions de l’ OEil, sises à Montreuil en région parisienne, lancent une nouvelle collection baptisée Carnets de la Création. Au coeur de ces livres d’art au format poche, l’Afrique a trouvé sa place, avec 8 artistes maliens et 3 congolais de RDC. A découvrir.

Nouveau concept, nouvelle collection. Les Editions de l’OEil inventent le livre d’art au format poche.  » Nous sommes partis de cette idée, avec l’envie que ces petits livres servent les artistes, qu’ils leur soit utiles, qu’ils puissent être transportables facilement et offerts tout aussi facilement « , explique Gaël Teicher.  » Ce sont des livres-cadeaux pour artistes !  »

Photographes, sculpteurs, marionnettistes, cinéastes, chorégraphes, peintres ou sculpteurs… Les Carnets de la Création, riches de 26 titres, promènent le lecteur du Mali à la Thaïlande, en passant par la République Démocratique du Congo, le Québec et la France. En fonction des voyages et des coups de coeur de Freddy Denaës, le fondateur des Editions et amoureux fou de l’Afrique depuis 20 ans, de Gaël Teicher, né à Madagascar et qui se sent  » immigré  » à Montreuil ou de Loïc Le Gall, concepteur graphique de la collection.

Si certains Carnets sont cofinancés par les ambassades des pays dont sont issus les différents artistes, d’autres sont auto-financés. C’est le cas des Carnets français. Parmi eux, un talent précoce époustouflant : celui de Jérémie Bouillon qui, parti à 18 ans au Sénégal, a ramené des clichés d’une technicité impressionnante. Pour l’instant, ce sont les ambassades qui se chargent (ou non) de diffuser les livres.  » Notre but est de développer des coéditions avec le continent africain afin de diffuser plus largement en Afrique « , souligne Gaël Techer.

Carnets uniques

Alioune Bâ, Malick Sidibé, Racine Keïta… les Carnets de la Création affichent certaines valeurs sûres. D’autres sont de véritables paris. Ainsi, le travail sur le danseur-chorégraphe Faustin Linyekula,  » poète de la danse  » et enfant de Kisangani. Le découpage du Carnet est mouvementé, à l’image du danseur.  » Chaque livre doit avoir son âme propre « , précise Gaël Teicher.  » Les artistes sont différents, les livres doivent l’être aussi. Cela paraît très hétéroclite mais en fait c’est homogène et il y a une vraie idée générale qui sous-tend l’ensemble. » Avec les Carnets, les éditeurs cherchent donc à trouver une formule pour chacun de leurs artistes.  » Chaque matière est l’objet d’une réflexion.  »

A terme, vingt à trente ouvrages devraient sortir tous les 6 mois dans cette collection qui va passer de cinq pays représentés à dix, fin octobre-début novembre 2002. A venir notamment : le Burkina Faso, le Mozambique, la Côte d’Ivoire, le Nigeria et l’Afrique du Sud… alléchant.

Les Carnets de la Création, parution mai 2002.

Editions de l’OEil

Editionsdeloeil@libertysurf.fr