Cuisine à la Momo

Mourad Mazouz, dit Momo, devenu restaurateur branché à Londres et à Paris, sort un livre de recettes à son image : traditionnel, contemporain et généreux. Avec ce must de la cuisine maghrébine traditionnelle, agrémenté de recettes résolument modernes, Momo nous en met plein la vue et les papilles.

On pourrait rester des heures dans La Cuisine de Momo. Parce-qu’elle est accueillante et ouverte, que les plats y sont beaux, généreux et toniques. L’ouvrage, à la mise en page léchée, est superbement illustré par les photographies de Mark Luscombe-Whyte et Jean Cazals. Comme entrée en matière, Momo explique que ce livre est  » un hommage aux cinq sens du lecteur « . Et même si l’on doit imaginer les odeurs, le reste y est. Le papier glacé est doux au toucher, les pages froufroutent discrètement, inondées de toutes les couleurs du Maghreb.

 » Chez nous, on trouve autant de couscous que de villages, autant de tajines que de jardins potagers, autant de desserts que de vergers et autant de recettes, secrets jalousement gardés, que de familles « , explique l’auteur. Au long de ses voyages culinaires, dont il égrène avec gourmandise quelques souvenirs, Momo a sélectionné des plats du Maroc, de Tunisie et d’Algérie, piochant dans le répertoire traditionnel mais livrant aussi des recettes plus contemporaines : confit de tomates aux graines de sésame grillées, tajine de confit de canard aux poires, figues et carottes glacées… et en dessert : pastilla d’ananas au coulit de fruits rouges et taboulé à la rose.

Le Momo’s au top

Ce livre chaleureux sert aussi d’illustration au si fabuleux destin de Mourad Mazouz, Momo pour les intimes. Né dans une famille berbère, il quitte l’Algérie à 18 ans pour Paris. Après une série de petits boulots, quelques expériences dans les relations publiques et plusieurs voyages, il ouvre le restaurant qui va le rendre célèbre : le  » 404 « , au coeur du IIIème arrondissement de Paris. Décoration subtile, ambiance feutrée et cuisine orientale de très haute qualité en font rapidement un restaurant à la mode.

Momo passe alors de l’autre côté de la Manche pour monter à Londres en 1997, le  » Momo’s « , restaurant familial fréquenté par tout ce que le monde anglo-saxon compte de people branchés. Madonna, Naomie Campbell ou Tom Cruise en sont des adeptes. Mais le golden boy du tagine ne s’arrête pas là. Se mettant derrière les platines, et plus derrière les fourneaux, il sort en 1999 une compilation de musique arabe, Arabesque, et créé en 2001 un label qui a déjà deux disques à son actif. Momo prouve alors qu’il a plus d’une galette dans son sac.

Commander le livre : La cuisine de Momo – couscous, tagines et compagnie de Mourad Mazouz, éditions Marabout Côte cuisine.

Restaurant 404

69, rue des Gravilliers 75003 Paris

00 33 1 42 74 57 81