Crise au Mali : la France entre en guerre

La crise malienne prend une nouvelle tournure. François Hollande a annoncé ce vendredi l’intervention de l’armée française aux côtés des troupes maliennes pour stopper la progression des islamistes vers le sud du pays.

La France entre officiellement en guerre au Mali. Le président français François Hollande a annoncé ce vendredi que les forces armées françaises combattront aux côtés de l’armée malienne pour contrer la progression des islamistes vers le sud du pays, notamment vers Bamako. « Les forces françaises ont apporté leur soutien à l’armée malienne pour lutter contre les terroristes », a déclaré le dirigeant français, qui a précisé que l’opération durera le temps qu’il faut. « Les terroristes cherchent à porter un coup fatal à l’existence même du Mali. La France répondra, aux côtés de nos partenaires africains. Elle le fera strictement dans le cadre des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies », a souligné François Hollande. « Les terroristes doivent savoir que la France sera toujours là pour les pays qui veulent vivre libre et dans la démocratie », a-t-il affirmé. Le Parlement français sera, quant à lui, consulté dès le 14 janvier au sujet de cette intervention.

François Hollande a donc répondu en quelques heures à l’appel lancé par le président malien de transition Dioncounda Traoré. Depuis le début de la semaine, les islamistes radicaux ont mené une offensive très rapide vers le sud du pays, prenant la localité de Konna, dont l’armée malienne a assuré ce vendredi avoir repris le dessus. Konna est la dernière étape avant Mopti, région du pays Dogon. Une avancée significative des islamistes vers cette région signifierait une porte ouverte vers Bamako, la capitale malienne. Raison pour laquelle la France a également décidé de déployer ses troupes pour mettre un terme à leur progression. D’ailleurs face à cette menace grandissante, le Conseil de sécurité de l’Onu a voté jeudi l’envoi d’une force militaire rapide dans le pays.