Crise au Mali : Cheick Modibo Diarra dit « non » à la guerre au président nigérien Mahamadou Issoufou

Lors de sa dernière visite au Niger, Les 11 et 12 juillet, le Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra sa volonté de dialoguer avec Aqmi pour sauver le Nord du Mali. De son côté, Issoufou Mahamadou, le président du Niger, estime qu’aucun dialogue ne permettra le retour à l’intégrité du territoire. Ce dernier est pour l’envoi de troupes militaires afin de récupérer le Nord-Mali.

Du mercredi 11 au jeudi 12 juillet, Cheick Modibo Diarra, Premier ministre, Chef du gouvernement du Mali a effectué une visite de travail à Niamey. Il a été accueilli à l’Aéroport Diori Hamani par son homologue nigérien Brigi Rafini. Dans un point de presse, Cheick Diarra a indiqué qu’il est venu remercier de vive voix le Président Issoufou Mahamadou du Niger, pour son accompagnement du Mali sur le plan politique, diplomatique et humanitaire afin de sortir son pays de la crise qu’il traverse. Mais aussi demander à Niamey de faire en sorte qu’un dialogue constructif s’ouvre « très rapidement » avec rebelles du Nord qui remettent en cause la souveraineté du Mali. « Nous sommes prêts à ouvrir un dialogue avec nos frères maliens qui se trouvent sur le terrain aux côtés ou opposés aux gens d’Aqm », a déclaré Cheick Modibo Diarra,.

Tous les observateurs avertis savent qu’il existe une pomme de discorde entre les autorités du Mali et du Niger sur ce dossier d’insécurité au nord. Et pour preuve ! Au moment où le Premier Ministre malien Cheick Diarra déploie tous ses efforts pour éviter qu’il y ait un affrontement militaire au Nord Mali, le Président Issoufou Mahamadou du Niger est persuadé que seule une guerre menée contre les rebelles et les islamistes sauvera le Mali et ses voisins.

Au Niger, cette ambigüité des autorités du Mali sur la résolution de son conflit au Nord agace. « Comment les Etats membres de la CEDEAO vont-ils aider le Mali face à ces bandes mafieuses qui menacent son intégrité et notre quiétude à nous en tant que voisins si le gouvernement malien ne le veut pas ? », se demande Omar Mamane, un journaliste nigérien. Une épineuse question qui ouvre la porte à plusieurs interprétations.

Notons enfin que le Premier ministre du Mali a mis à profit son séjour à Niamey pour rendre visite aux militaires maliens conduits par le colonel Ag Gamou et réfugiés au Niger depuis leur cuisante défaite face aux bandes armées désormais maîtresses du Nord-Mali.