Crise au Burundi : sommet extraordinaire des chefs d’Etats voisins, en Angola

Les chefs d’Etat de la région des Grands Lacs sont réunis, ce mardi, lors d’un sommet extraordinaire, en Angola, pour parler de la crise au Burundi suite à la tentative du coup d’Etat contre le Président burundais Pierre Nkurunziza. Ce dernier est soutenu par ses homologues.

Les chefs d’Etat des pays des Grands Lacs sont réunis en sommet extraordinaire, ce mardi 19 mai 2015, en Angola. Ils ont tous condamné la tentative de coup d’Etat contre le Président burundais Pierre Nkurunziza et défendu sa « légitimité » par la voix du Président José Eduardo Dos Santos. Ce dernier dirige la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), depuis début 2014.

Le Burundi est plongé dans une profonde crise depuis que le chef de l’Etat a décidé de se représenter pour briguer un troisième mandat. Plusieurs manifestations de contestation ont eu lieu. « Nous condamnons énergiquement la tentative de coup d’Etat et nous saluons la défense de l’ordre constitutionnel par les forces loyales au président de la République, dont la légitimité ne peut pas être remise en cause », a déclaré José Eduardo Dos Santos, à l’ouverture du sommet. Il a aussi appelé à la tenue des élections législatives et présidentielle au Burundi, malgré la crise actuelle.

Les dirigeants de la sous-région ont également évoqué la menace terroriste sur le continent africain. « Je suggère que nous renforcions les moyens régionaux de lutte contre le terrorisme à travers une plus étroite collaboration entre nos agences de renseignements ainsi qu’un contrôle plus sévère de la circulation transfrontalière et de l’immigration illégale », a déclaré José Eduardo Dos Santos.

Il fait ainsi référence à l’attaque sanglante de l’université de Garissa au Kenya, perpétrée par les insurgés somaliens shebab, qui a fait au moins 148 morts, dont 142 étudiants.