Crash en Egypte : la Russie suspend ses vols

Après une recommandation des services de renseignements russes ce vendredi, le Président Vladimir Poutine a décidé quelques minutes après de suspendre les vols à destination de l’Egypte, suite au crash de l’Airbus de la compagnie russe Metrojet dans le Sinaï, qui a fait 224 morts samedi dernier.

Le chef de l’Etat russe Vladimir Poutine a accepté de suspendre les vols à destination de l’Egypte, ce vendredi, selon le quotidien britannique The Guardian. Sa décision intervient quelques minutes après la recommandation des services secrets russes de prendre cette mesure. « Je trouve nécessaire de suspendre les vols de l’aviation russe vers l’Egypte, jusqu’à ce que nous puissions établir les vraies raisons de ce qui s’est passé avec l’avion russe dont le crash a été revendiqué par le groupe armé Etat islamique (EI) », a déclaré Alexandre Bortnikov, le chef des services secrets, cité par la télévision russe, lors d’une réunion du Comité national antiterroriste.

La Russie aurait-elle des doutes sur les causes de l’Airbus de la compagnie Metrojet dans le Sinaï, qui a fait 224 morts samedi dernier ? Jusqu’à présent, Moscou excluait l’hypothèse d’un acte terroriste à l’origine du crash de l’avion.

Les vrais raisons du crash aérien le plus meurtrier dans l’histoire de la Russie ne sont en effet toujours pas connues. Londres et Washington estiment pour leur part que la dislocation de l’avion aurait pu être causée par l’explosion d’une bombe. D’autant que l’organisation de l’Etat islamique (EI) a depuis le depuis le début revendiqué cet accident meurtrier et assuré qu’elle prouverait qu’elle en est bien à l’origine. Une thèse que le Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a rejetée, arguant que l’EI mène une propagande contre l’Egypte pour la déstabiliser et nuire à son image.

En attendant, c’est le tourisme qui en prend un sacré coup. Le secteur représente 11% du PIB et compte 20 millions d’employés dans le pays. Le nombre de touristes en Egypte, estimé à trois millions, pourrait vite se réduire. Surtout que Londres a décidé de suspendre les vols entre la station balnéaire de Charm el-Cheikh et le Royaume-Uni. Paris a, de son côté, également déconseillé à ses ressortissants de se rendre en Egypte.