Crash d’Air Algérie : l’avion aurait explosé au sol


Lecture 2 min.
arton42233

Le vol d’Air Algérie qui s’est écrasé au nord du Mali, le 24 juillet, ne se serait pas désintégré en plein ciel mais en contact du sol.

Le vol AH5017 d’Air Algérie ne s’est pas désintégré en plein ciel, mais au contact du sol a affirmé jeudi le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA). L’appareil a fait une « chute verticale très violente », ont souligné le directeur du BEA, Rémy Jouty, et le président de la Commission sur les accidents et incidents de l’aviation civile au Mali, N’Faly Cissé, lors d’une conférence de presse.

Ils ont affirmé que l’avion a traversé au moment du crash une zone orageuse. Rémy Jouty n’a toutefois pas exclu la thèse d’une action délibérée. « Je ne pense pas que l’on puisse à ce stade exclure la thèse d’une action délibérée, mais on ne peut pas en dire plus pour l’instant », a-t-il déclaré. Les boîtes noires devraient au cours des analyses révélées ce qu’il s’est réellement passé. Mais la seconde boîte noire a été endommagée, ce qui rendrait pour l’heure impossible l’analyse de la conversation dans le cockpit avant le crash.

La thèse d’une explosion par une bombe ou un missile

« La bande magnétique a été un peu endommagée (…) Le laboratoire du BEA a pu remettre en état cette bande magnétique. Malheureusement les enregistrements se révèlent à ce jour inexploitables », a indiqué M. Jouty, ajoutant qu’ « il y a du signal sonore enregistré sur la bande mais ce signal est inintelligible à ce stade ». Le BEA affirme avoir fait appel aux « meilleurs experts » pour tenter de lire le signal. Ces experts ont tout intérêt à réparer cet incident afin d’élucider le mystère, car le scénario d’une explosion en plein vol par une bombe ou un missile ne cesse de fleurir sur la Toile. Un rapport d’étape de l’enquête devrait être diffusé en mi-septembre.

Le vol AH-5017 d’Air Algérie, un McDonnell 83 affrété auprès de la compagnie espagnole de leasing Swiftair, qui reliait Ouagadougou, la capitale burkinabè, à Alger, s’est écrasé le 24 juillet dans le nord du Mali, moins d’une heure après son décollage. Au total, 116 personnes de plus de 10 nationalités, dont 54 Français et 28 Burkinabè, ont péri dans l’accident.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter