Covid-19 : en Algérie, malgré le prolongement du confinement, les médecins ne crient pas victoire !

Le dispositif de confinement mis en place en Algérie a été officiellement reconduit pour 10 jours, soit jusqu’au 29 avril 2020, a indiqué hier, samedi 18 avril, l’agence officielle APS.

« En application des directives de Monsieur Abdelmadjid Tebboune, Président de la République (…) le Premier ministre, Monsieur Abdelaziz Djerad a reconduit, pour une période supplémentaire de dix (10) jours, jusqu’au 29 avril 2020, le dispositif actuel de confinement ainsi que l’ensemble des mesures préventives qui l’accompagnent », précise le communiqué.

Ce prolongement a été décidé par le gouvernement, car, selon les bilans sanitaires annoncés quotidiennement, la situation est loin d’être maîtrisée. En effet, les services hospitaliers du pays continuent d’enregistrer de nouveaux cas de Coronavirus.

Hier, le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus, Djamel Fourar, a indiqué que « cent-seize (116) nouveaux cas confirmés de Coronavirus et trois (3) nouveaux décès ont été enregistrés en Algérie, durant les dernières 24 heures, portant le nombre de cas confirmés à 2 534 et celui des décès à 367 ». Selon le même bilan, le nombre de guérisons « continue sa progression pour atteindre un total de 894 ».

Par ailleurs, le porte-parole du Comité scientifique a annoncé que « 47 wilayas (départements) sont touchées par la pandémie dont la wilaya de Blida (épicentre de la pandémie dans le pays) occupe la première place avec 663 cas suivi par Alger avec 439 cas et Oran 153. Les autres cas sont répartis sur les 44 autres wilayas du pays ».

« Il y a une amélioration, mais il ne faut pas crier victoire »

Pour M. Lyes Merabet, médecin travaillant à l’hôpital de Blida, « il faut plus de recul et de données pour pouvoir évaluer objectivement la situation épidémique. Certes, la situation s’est légèrement améliorée en termes de nombre de nouveaux cas enregistrés, mais la courbe est toujours ascendante, avec une diffusion sur tout le territoire ».

Le médecin syndicaliste rappelle aussi, dans une interview accordée à l’agence AFP, « la capacité très limitée dans le dépistage » qui a été reconnue par le ministre de la santé, lui-même.

« Cela confirme qu’il y a une sous-estimation de la situation sanitaire par rapport au nombre de cas réels. En sachant que pour un cas confirmé de maladie Covid-19, il est établi une contagiosité de deux à trois personnes-contacts, qui peut augmenter si les mesures de confinement, de distanciation sociale et d’hygiène ne sont pas respectées. En résumé, il est encore trop tôt pour se prononcer », insiste-t-il.

Et d’ajouter, « la situation s’est nettement améliorée dans le chef-lieu de la wilaya de Blida. On relève que la tension a baissé, ces deux dernières semaines, d’après les témoignages des médecins dans différents services tels que les urgences, les services d’hospitalisation (dédiés à la maladie Covid-19) ou de réanimation. Le flux de malades a aussi légèrement régressé, car une proportion importante des cas confirmés est soumise à un confinement sanitaire à domicile ».

« Il faut relever que la contagion est en train de se diffuser, et de manière inquiétante, dans d’autres territoires de la préfecture, à l’ouest et à l’est. On risque d’avoir à gérer une autre flambée dans la wilaya si les mesures de confinement ne sont pas observées, voire renforcées », alerte-t-il.

Il est nécessaire de rappeler que le dispositif de confinement en vigueur concerne « le confinement total pour la wilaya de Blida, le confinement partiel à partir de 15h00 jusqu’au lendemain à 07h00 du matin pour neuf (09) wilayas (départements) : Béjaïa, Tlemcen, Tizi-Ouzou, Alger, Sétif, Médéa, Oran, Tipasa et Ain Defla, et le confinement partiel à partir de 19h00 jusqu’au lendemain à 07h00 du matin pour les 38 wilayas restantes ».