Covid-19, Ebola, Groupes armés : la RDC prise en tenailles

Le Président de la RDC, Félix Tshisekedi

La République Démocratique du Congo du Président Félix Tshisekedi doit simultanément affronter trois fléaux meurtriers : Ebola, Coronavirus et groupes armés. Une guerre sur trois différents fronts. De quoi donner des sueurs froides aux autorités de Kinshasa.

Pendant que le Covid-19 gagne du terrain, Ebola refait une apparition subite et inattendue, et les groupes armés se manifestent en RDC.

Une résurgence d’Ebola ?

On croyait la RDC hors de danger après trois semaines sans de nouveaux cas de personnes atteintes de la maladie à virus Ebola, au moment où le pays enregistrait son premier cas de Covid-19, le 10 mars dernier. Hélas ! A quelques jours de la proclamation officielle de la fin de l’épidémie prévue pour le 13 avril, l’hydre se signale encore par deux cas. D’abord un jeune homme de 26 ans succombe à la maladie, le vendredi 10 avril, près de Beni. Hier dimanche, c’est au tour d’une fillette de rendre l’âme, emportée par le même mal.

Les deux victimes ayant fréquenté le même centre hospitalier, les autorités ont donc dû désinfecter ledit centre et se sont mis à la recherche des personnes avec lesquelles les victimes ont été en contact. Avec ces deux nouveaux cas, le débat de la fin de l’épidémie est remis sur le tapis. Il faudra encore attendre 42 jours soit deux fois la durée maximale d’incubation sans de nouvelles contaminations pour déclarer la fin de cette épidémie qui aura occasionné 2 276 morts en deux ans.

La crise sanitaire due au Coronavirus

Dans le même temps, la nouvelle pandémie de Covid-19 dont le premier cas a été détecté à Kinshasa le 10 mars, continue sa progression. On dénombre actuellement 234 cas confirmés de personnes atteintes de la maladie dans plusieurs provinces du pays, dont 16 guérisons et 20 décès. Face à cette pandémie, les autorités du pays peinent à faire appliquer les mesures visant à limiter le risque de propagation, ce qui a poussé le personnel de la santé à exprimer son inquiétude pour dénoncer le manque cruel de matériels de protection, de médicaments, de respirateurs et d’extracteurs d’oxygène.

La persistance des groupes armés

Le troisième front sur lequel les Congolais se battent est celui des groupes armés que les FARDC n’ont toujours pas réussi à chasser du pays, en dépit des annonces victorieuses faites il y a quelques semaines. Ce weekend, des affrontements ont opposé, en Ituri, l’armée aux miliciens de la CODECO, un groupe rebelle dont le leader, Ngudjolo Mapa, a pourtant été éliminé par les FARDC, le 25 mars dernier. Pour le porte-parole de l’armée, ces affrontements auraient fait une quarantaine de morts dont quatre militaires. Chiffres rejetés par la société civile qui parle plutôt de 130 morts dont une dizaine de militaires.

Si plusieurs groupes armés avaient effectivement accepté de déposer les armes conformément à l’appel lancé par les autorités il y a quelques semaines, certains restent toujours actifs comme la CODECO. S’y ajoute le « retour » d’Ebola combiné à la pandémie de Coronavirus. Plusieurs fronts auxquels doit faire face le gouvernement de Kinshasa.