Côte d’Ivoire : quand Pascal Affi N’Guessan attaque Alassane Ouattara

Critiqué par les membres de son parti pour sa proximité avec le pouvoir, Pascal Affi N’Guessan, le président du Front populaire ivoirien (FPI), le principal parti d’opposition de Côte d’Ivoire, a publiquement chargé le Président Alassane Ouattara.

Le président du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan, a critiqué le manque d’engagement du chef d’Etat Alassane Ouattara en faveur de la réconciliation, jeudi.
« Quand Gbagbo était au pouvoir, il a fait beaucoup plus pour les partis d’opposition », a-t-il indiqué jeudi sur radio Nostalgie. Il critiquait le faible financement attribué à l’opposition par le gouvernement, selon lui insuffisant par rapport à ses besoins.

La réconciliation: un « alibi » pour le pouvoir ?

« Le pouvoir manque de volonté. Il n’y a pas de volonté politique pour véritablement aller à la réconciliation. La réconciliation est plus un alibi pour donner une certaine image à l’opinion internationale qu’une volonté réelle du pouvoir actuelle d’aller à la réconciliation », a attaqué Pascal Affi N’Guessan.

L’actuel président du FPI est vivement critiqué par une majorité des membres de son parti. Ils lui reprochent notamment son recours à la justice pour empêcher la candidature de Laurent Gbagbo à l’élection du président du parti, en décembre dernier, ainsi que pour annuler sa destitution au profit d’Abou Drahamane Sangaré après un comité extraordinaire du FPI réuni début mars.

Pascal Affi N’Guessan a appelé à la libération des prisonniers politiques encore détenus.