Côte d’Ivoire : Ouattara, la démission du président du Conseil constitutionnel et la Présidentielle


Lecture 1 min.
arton45838

Francis Wodié aurait été poussé à la démission de la présidence du Conseil constitutionnel par le président Ouattara, désirant s’assurer de son éligibilité à la prochaine présidentielle, selon certains médias ivoiriens.

Le gouvernement ivoirien avait évoqué un « problème interne » au Conseil constitutionnelle pour justifier la démission de son président Francis Wodié, mardi 3 février 2015. Il se serait fait mettre en minorité pour un désaccord sur la procédure à appliquer afin de transposer un acte pris par l’Union Africaine (UA) sur le plan national. Selon le quotidien ivoirien Soir Info, le chef d’Etat Alassane Ouattara l’aurait poussé vers la sortie pour s’assurer de son éligibilité lors de la prochaine élection présidentielle prévue pour octobre 2015.

Article 35 : les conditions d’éligibilité

Ce journal rapporte que Francis Wodié aurait constaté un vice de procédure dans le dossier de Ouattara, il y a deux mois, transmis par le ministre de la Justice sur la question de l’éligibilité du Président sortant. Il aurait indiqué au chef de l’Etat, qu’il rencontre au début du mois de janvier, de modifier l’article 35 de la Constitution ivoirienne qui fixe les conditions d’éligibilité du chef de l’Etat.

La Constitution ivoirienne impose au candidat à la Présidentielle d’avoir ses deux parents d’origine ivoirienne. Des soupçons pèsent sur la nationalité du père d’Alassane Ouattara que certains accusent d’être Burkinabè. L’actuel président avait été empêché de se présenter à l’élection présidentielle en 2000 par la Cour suprême qui l’avait estimé qu’il était de « nationalité douteuse », dans un contexte chaotique .

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter