Côte d’Ivoire : le second tour de la présidentielle reporté

C’est officiel. Le deuxième tour de l’élection présidentielle en Côte d’ Ivoire, initialement prévu le 21 novembre, se tiendra le 28. Soit 25 jours après l’annonce du résultat définitif du premier tour, par le Conseil constitutionnel. La décision du report a été prise au cours du conseil des ministres extraordinaire qui s’est tenu ce mardi 9 novembre 2010, à Abidjan.

De notre correspondante

Le second tour de la présidentielle est reporté au 28 novembre. Le président du conseil constitutionnel, Paul Yao N’dré, l’avait dans un premier temps annoncé pour le 21 novembre, soit deux semaines après les résultats provisoires définitifs. Toutefois, « pour des raisons de logistique », comme annoncé par le Premier Ministre, Guillaume Soro, dans les colonnes du quotidien français Le Parisien, la révision de cette décision a été faite en conseil des ministres à la demande de la commission électorale indépendante (CEI). Et le Président de la République devrait signer dans quelques heures un décret validant le choix du 28 novembre.

Notons que cette décision ne va pas à l’encontre de la constitution ivoirienne qui stipule que c’est la CEI qui propose une date en déposant au préalable un projet de décret à la signature du chef de l’Etat. Cette dernière aurait donc déposé auprès de Laurent Gbagbo un projet de décret qui porte la date du dimanche 28 novembre et indique la durée de la campagne électorale à une semaine. Une durée donc plus courte que les 14 jours de campagne du 1er tour.

Ce second tour est une grande première dans la vie électorale de la Côte d’Ivoire. Seront opposés Laurent Gbagbo et le Dr Alassane Ouattara qui ont respectivement obtenu au 1er tour 38% et 32% de l’électorat ivoirien.

Pour le deuxième tour, le candidat Ouattara part favori sous la bannière du rassemblement des houphouetistes pour le développement et la paix (Rhdp), après la chute de Aimé Henri Konan Bédié, président du parti démocratique de côte d’Ivoire (pdci) qui lui a apporté son soutien.

Guillaume Soro s’est déclaré confiant. Selon lui, le second tour se déroulera dans un climat apaisé car «de toute façon, aucun des deux candidats n`a intérêt à être mal élu».