Côte d’Ivoire : le gouvernement confie à Sagem Sécurité l’identification des électeurs

Après plusieurs mois de négociations le gouvernement de la Côte d’Ivoire a signé, jeudi, la convention pour le début de l’opération d’identification nécessaire à la bonne tenue des élections présidentielles du 30 novembre. C’est la société française Sagem Sécurité qui en aura la lourde responsabilité.

Notre correspondante à Abidjan

Après avoir arrêté la date du premier tour de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire au 30 novembre 2008, le gouvernement ivoirien vient de faire un autre pas de géant pour le recensement des électeurs.

Le Premier Ministre, Guillaume Soro, a en effet signé hier, dans les locaux de la Primature, une convention avec Jean Paul Jainsky, PDG de Sagem Sécurité. Cette convention entre le gouvernement ivoirien et la société Sagem est le gage d’une convergence idéologique des deux partis.

Pour la Sagem, l’opérateur technique chargé de l’identification, c’est une marque de confiance. Du côté du gouvernement, Guillaume Soro estime qu' »il faut respecter les délais des élections. Après, on pourra penser au développement ». Pour ne pas être rattrapé par le fétichisme des dates, le gouvernement ivoirien a payé le prix de son engagement.

66,7 milliards de FCFA, c’est le montant qu’il s’est engagé à verser au groupe français pour l’opération. Le Premier Ministre a également signé une convention complémentaire relative à la collaboration et à la participation des structures nationales impliquées dans les opérations d’identification et de recensement. Il s’agit de la CEI (commission électorale indépendante) et de l’INS (institut national de statistiques).

L’une des embûches majeures en passe d’être levée

Jean-Paul Jainsky, quant à lui, entend démarrer incessamment l’opération. Il a rassuré les autorités et la population ivoiriennes sur son déroulement. « le travail, confesse-t-il, se fera dans la transparence et avec une extrême rigueur. Nous respecterons notre engagement (…) nous ne ferons pas mentir le président de la République, nous ne ferons pas mentir le Premier Ministre Guillaume Soro. Nous respecterons l’ensemble de nos engagements pour mener à bien ce projet ambitieux qui conduira aux élections et à la sortie de crise.  »

Le Premier Ministre et Jean-Paul Jainsky ont paraphé le document en présence de M. Choi, Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en Côte d’Ivoire. Ce dernier s’est dit très heureux de l’avancée très significative du processus. « Nous sommes tous contents de la signature de la convention. C’est maintenant le tour de la communauté internationale d’agir aussi bien moralement que financièrement », a-t-il confié.

L’étape de l’identification faisait partie des nombreuses difficultés que rencontrent Guillaume Soro et son gouvernement à respecter les clauses de l’Accord de Ouaga. Avec la signature de la convention, elle écarte une partie des embûches. Mais restent encore beaucoup d’autres questions non résolues, entre autres celles sur les audiences foraines qui n’ont pas encore pris fin, le désarmement des ex-combattants, le problème de leurs grades et rémunérations dans l’armée régulière.