Côte d’Ivoire : l’opposition propose un report des élections législatives


Lecture 2 min.
Lopposition ivoirienne
L"opposition ivoirienne

Contrairement à la Présidentielle qu’elle a appelé ses militants à boycotter, l’opposition ivoirienne est bel et bien décidée à participer aux Législatives du 6 mars 2021. Mais elle souhaite un report du scrutin à une date ultérieure.

Au cours d’un point de presse tenu à Abidjan, ce jeudi 14 janvier 2021, la coalition des partis et groupements politiques de l’opposition ivoirienne appelle à un report des élections législatives prévues pour le 6 mars 2021. Si elle avait boycotté le scrutin présidentiel du 31 octobre 2020, l’opposition ivoirienne a clairement affiché sa volonté de prendre part aux élections législatives. Seulement, pour les leaders de cette opposition, le chronogramme présenté par la Commission électorale indépendante (CEI) semble trop serré, et ne leur donne pas suffisamment de temps pour se préparer. Selon ce chronogramme, les candidats sont invités à déposer leur dossier entre le 4 et le 20 janvier 2021, en vue de la publication de la liste des candidats le 31 janvier. La campagne électorale est prévue pour la période allant du 26 février au 4 mars.

Pour Roland Adiko, secrétaire exécutif en charge des élections du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), l’idéal serait que le scrutin soit repoussé tout au moins à la fin du mois de mars afin de permettre à l’opposition de mieux fourbir ses armes. Il fait par ailleurs remarquer que le délai imparti pour préparer ces élections législatives est très court par rapport à la pratique lors des précédents scrutins.

Même son de cloche du côté de la plateforme Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS) dont le représentant, Gervais Tcheidé, souligne que « si on s’entend, on peut fixer les élections à une date qui convienne à tous ». Il souhaite par conséquent « des discussions pour un report » dans le cadre du dialogue politique.

Le vice-président en charge des questions électorales du Front populaire ivoirien (FPI), Kouakou Krah, abondant dans le même sens que les autres, souhaite qu’à défaut de reporter le scrutin, il faille au moins « repousser la date du dépôt des dossiers ».
Pour le moment, cette sollicitation de l’opposition n’a pas encore eu un écho favorable auprès du président de la CEI qui entend respecter le calendrier électoral préalablement établi et communiqué.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter