Côte d’Ivoire : l’opération « mains propres » dans la filière café-cacao fait des victimes

Plusieurs dirigeants de la filière café-cacao ont été arrêtés cette semaine à Abidjan. Ils sont accusés de malversation et de mauvaise gestion du « poumon de l’économie ivoirienne ». Lucien Tapé Doh et Henri Amouzou, les plus grosses prises de cette opération devront répondre de leurs actes devant la Justice ivoirienne.

Notre correspondante à Abidjan

Lucien Tapé Doh, président du conseil d’administration de la Bourse du Café Cacao (BCC) a été arrêté, jeudi, à Abidjan. Avant lui, plusieurs autres acteurs de la filière café-cacao de Côte d’Ivoire, dont la gestion leur avait été confiée en 2001, ont été entendus puis écroués à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA).

Henri Kassi Amouzou du Fonds de Développement pour la promotion des activités des producteurs de café-cacao (FDPCC), a ouvert le bal des arrestations, lundi dernier. Entendu par le Procureur de la République, Tchimou Raymond, il a été déféré à la MACA avec ses proches collaborateurs M. Théophile Kouassi et Mme Houssou.

« Malversations, détournements de fonds, mauvaise gestion, etc. » est le sombre résumé fait de leur passage à la tête des structures agricoles qui leur avait été confiées. Ils sont appelés à répondre de leurs actes. Et selon des sources judiciaires, la vraie audition de ces différents acteurs débutera dans deux semaines. En attendant ils partagent le bâtiment des assimilés de la MACA.

Le « nettoyage » ne fait que commencer

La même vague pourrait emporter les dirigeants du Fonds de Garantie des Coopératives Café-Cacao (FGCCC) à la MACA. Aucune structure de la filière ne sera épargnée, nous a rapporté une source judiciaire. M Firmin Kouakou, Kouassi Tohouri Prosper et Mme Angeline Kili, respectivement Directeur des affaires administratives et financières et Présidente du conseil d’Administration du Fonds de Régulation et de Contrôle (FRC) sont entendus aujourd’hui. Ils ont été cités à comparaître par le Procureur de la République dans l’achat de l’usine de cacao de Fulton aux Etats Unis.

Cette série d’arrestation, selon le Procureur, n’a rien de définitif Il s’agirait plutôt d’une disposition particulière liée à la sécurité des prévenus.

L’Opération « mains propres », qui continue de faire des victimes, ne touche pas que le secteur du café-cacao. Elle a déjà « frappé » des proches collaborateurs du Président de la République les mois passés. Kuyo Téa Narcisse et Eugène Allou, son Chef de protocole qui ont été retiré de la garde rapprochée du Président de la République.

C’est une grande première en Côte d’Ivoire. La célèbre phrase « je fais, et puis il n’y a rien » qui a longtemps fait régner la gabegie dans la gestion de l’Etat de Côte d’Ivoire risque de disparaître à jamais du langage populaire. Le Président Gbagbo entend donner une correction et une leçon de bonne gouvernance à toute la Côte d’Ivoire et à la Communauté Internationale.

Photo : Lucien Tapé Doh / Abidjan.net