Côte d’Ivoire : l’attitude « totalitaire » de Ouattara dénoncée dans la majorité présidentielle

Le président récemment destitué du Mouvement des forces d’avenir (MFA), Anaky Kobena, parti membre de la majorité présidentielle en Côte d’Ivoire, a dénoncé l’attitude « totalitaire » du président Alassane Ouattara accusé de saboter le fonctionnement du parti à son profit.

De nouvelles dissensions agitent la coalition présidentielle ivoirienne du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) à l’approche des élections. Ce jeudi, l’ex-président du Mouvement des forces d’avenir (MFA) membre du RHDP, Anaky Kobena, a dénoncé la dérive « totalitaire » du président Alassane Ouattara responsable selon lui de son éviction.

Anaky Kobena a estimé que le président Alassane Ouattara, au cours de son mandat, n’a pas fait bénéficié le MFA des accords prévus avant l’élection de 2010. Il a demandé de faire un bilan de sa présidence et a décidé de suspendre la participation de son parti au RHDP.

Un congrès extraordinaire du MFA réuni le 12 avril dernier, a décidé de sa destitution au profit d’Anzoumana Moutaye. Anaky Kobena ne reconnait pas cette décision du congrès qui n’a pas respecté les procédures en vigueur, selon lui.

« Une dérive dictatoriale »

« Il y a de manière certaine, une dérive dictatoriale totalitaire du régime du président Alassane Ouattara, qui s’installe peu à peu dans le pays. Il importe de la dénoncer et la faire corriger dès maintenant », a-t-il déclaré, critiquant le chef de l’Etat qui aurait infiltré son parti, rapporte Soir Info.

Le nouveau président Anzoumana Moutaye a démenti être soutenu par le pouvoir. Anaky Kobena persiste: « Pour s’être exprimé en termes logiques, et comme toute formation politique en démocratie, le président Alassane Ouattara et le RDR (Rassemblement des républicains, parti au pouvoir) ont décidé de faire disparaître le MFA originel pour en reconstituer un nouveau à leur totale disposition et à leurs ordres ».

Il a appelé à la vigilance des Ivoiriens et de la communauté internationale pour une organisation des élections transparentes. Des tensions ont récemment secoué le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) autour du soutien à la candidature d’Alassane Ouattara dès le premier tour de la présidentielle d’octobre prochain. C’est un nouveau parti de la coalition présidentielle qui tente aujourd’hui de remettre en cause son soutien à l’actuel président de la République de Côte d’Ivoire.