Côte d’Ivoire : Gbagbo joue son va-tout

La mission de l’ONU en Côte d’Ivoire (ONUCI) ne quittera pas la Côte d’Ivoire. C’est la réponse qu’a donnée Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies à Laurent Gbagbo qui avait exigé, samedi, qu’elle s’en aille. Alors que la pression internationale s’accroît sur le président reconnu par le Conseil constitutionnel ivoirien, ce dernier renforce la sienne sur celui désigné par la Commission électorale indépendante, Alassane Ouattara, toujours assiégé à l’hôtel du Golf, dans la capitale Abidjan. Alors que toutes les voies diplomatiques ont échoué, la tension est à son comble.

Laurent Gbago réussira-t-il à faire déguerpir les quelque 10 000 soldats onusiens et 900 militaires français déployés en Côte d’Ivoire ? Leur départ lui laisserait les mains libres pour liquider l’opposition que lui livrent Alassane Ouattara et son premier ministre Guillaume Soro, barricadés avec leur gouvernement à l’hôtel du Golf. Mais c’est une fin de non recevoir que le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, lui a envoyée dans la nuit de samedi à dimanche. La mission de l’ONU en Côte d’Ivoire « remplira son mandat et continuera de surveiller toutes les violations des droits de l’Homme, les incitations à la haine, ou les attaques contre les Casques bleus », indique un communiqué de Farhan Haq, le porte-parole de Ban Ki-moon. L’ONUCI est «préparée à tout», a ajouté aujourd’hui son porte-parole, Hamadoun Touré, qui a néanmoins précisé qu’il ne souhaitait «pas de confrontation».

Samedi, Laurent Gbagbo, par la voix de Jacqueline Lohouès Oble, sa porte-parole, qui s’exprimait sur les antennes de la télévision nationale (RTI), avait demandé « le départ immédiat du territoire ivoirien de l’ONUCI et des forces françaises (Licorne) qui la soutiennent ». Le communiqué ajoutait que « le gouvernement ivoirien s’oppose d’ores et déjà au renouvellement de cette opération qui expire le (lundi) 20 décembre 2010 ». Une déclaration que Guillaume Soro avait immédiatement qualifiée de « ridicule », se fondant sur le principe que le seul président légitime est celui désigné le 2 décembre par la Commission électorale indépendante. « Cette décision ne peut pas être (appliquée) puisque M. Gbagbo n’est plus président », a-t-il affirmé à l’AFP.

Gbagbo pas si « ridicule »

Pourtant, l’injonction de Laurent Gbagbo n’est pas si « ridicule ». Pour l’heure, en dépit des rumeurs de ralliement de certains officiers au camp Ouattara, l’armée régulière lui demeure fidèle. Et il peut compter sur la loyauté de la garde républicaine dirigée par le général Blé Dogbo. D’autre part, Charles Blé Goudé, le leader de la jeunesse pro-Gbagbo (devenu ministre de la Jeunesse au sein du récent gouvernement N’gbo), a invité dans un meeting, samedi à Abidjan, les jeunes Ivoiriens à se mobiliser pour libérer « totalement » la Côte d’Ivoire. « Vous ne devez plus dormir. Restez à l’écoute. Je vous appellerai à faire cette libération avant vendredi », a-t-il assuré aux milliers de jeunes qui s’étaient rassemblés à son appel, n’attendant que son signal pour en découdre. Pointant du doigt les membres de la communauté internationale qui exigent le départ de son président, Charles Blé Goudé s’est fait menaçant : « Qu’ils ne fassent pas l’erreur de s’attaquer à un seul cheveu de Gbagbo », a-t-il déclaré, ajoutant qu’ « ils ne peuvent pas réussir à nous imposer un président ».

La France est particulièrement visée par ces menaces. Vendredi, Nicolas Sarkozy, le président français, avait tapé du poing sur la table, qualifiant Laurent Gbagbo d’usurpateur et s’en prenant directement à la femme de ce dernier. « Laurent Gbagbo et son épouse (Simone, NDLR) ont leur destin entre leurs mains. Si, avant la fin de la semaine, ils n’ont pas quitté le poste qu’occupe Laurent Gbagbo, en violation de la volonté du peuple ivoirien, ils seront nommément sur la liste des sanctions », a-t-il affirmé. Ils risquent notamment un gel de leurs avoirs et une interdiction de voyager à l’étranger. Des propos interprétés comme une déclaration de guerre par le camp Gbagbo.

Les Etats-Unis ont, eux aussi, menacé Laurent Gbagbo vendredi. « Du point de vue des États-Unis, le temps commence à manquer. Les Etats-Unis sont préparés à imposer des sanctions ciblées, à titre individuel et en coordination avec nos partenaires, contre le président Gbagbo, sa famille immédiate et ses proches partisans, s’il continue de s’accrocher de manière illégitime au pouvoir », a déclaré le porte-parole du département d’Etat Philip Crowley. Mais les Américains n’ont pas le passif de la France, ancienne puissance coloniale. De plus, le souvenir de la tuerie perpétrée par l’armée française contre des civils à Abidjan, en novembre 2004, demeure vivace chez les pro-Gbagbo. Et ils ne se font pas prier pour l’utiliser, faisant de leur président un héraut du panafricanisme et de la dignité africaine. Une escalade fort inquiétante pour les quelque 15 000 ressortissants français vivant dans le pays.

L’ONU montre les dents

Les attaques qu’ont essuyées les forces de l’ONU ces deux derniers jours sont révélatrices de leur vulnérabilité. Les uniformes des troupes étrangères ne font manifestement pas peur à l’armée régulière ivoirienne et aux Jeunes patriotes qui soutiennent Laurent Gbagbo. Dans la nuit de vendredi à samedi, des attaques armées contre une patrouille de l’ONU et des sentinelles ont été perpétrées au quartier général de l’ONUCI par des hommes en uniforme – « des éléments des forces de sécurité ivoiriennes apparemment loyales à M. Gbagbo », selon M. Ban Ki-moon. Une agression aurait aussi été commise samedi contre des observateurs militaires de l’ONU par de Jeunes patriotes. Elle « a blessé deux observateurs », indique le communiqué onusien. Ban Ki-moon a affiché la plus grande fermeté face à ces actes. « Il y aura des conséquences pour ceux qui ont perpétré ou orchestré de telles actions, ou qui le feront à l’avenir », a-t-il promis. Mais sera-t-il entendu ? Rien n’est moins sûr.

Selon le camp Gbagbo, l’ONUCI ne se contenterait pas de défendre le QG d’Alassane Ouattara à l’hôtel du Golf contre une attaque de la garde républicaine et des forces de sécurité qui souhaitent le déloger. Pour lui, elle aiderait les Forces nouvelles à faire venir plus d’hommes et d’armes à Abidjan. Le colonel-major Hilaire Babri Gohourou, porte-parole des Forces de défense et de sécurité, a déclaré vendredi sur les antennes de la RTI que «les responsables de la force onusienne transportent dans leurs véhicules les unités des FAFN depuis leurs différentes positions jusqu’à Abidjan, leur facilitant le passage aux différents corridors, et les ravitaillent en armement de guerre lourd et léger.» Une accusation démentie par les Forces nouvelles qui, à travers leur porte-parole Me Affoussy Bamba, ont estimé que les propos du Colonel-major « sont annonciateurs du génocide que se prépare à commettre Laurent Gbagbo sur les populations ivoiriennes qui lui ont fait l’affront de lui préférer SEM Alassane Ouattara, ainsi que l’attaque du Golf Hôtel ».

Forces de défense et de sécurité, Garde républicaine, Jeunes patriotes, sans compter les mercenaires libériens que des sources concordantes disent avoir observés… Laurent Gbagbo, sur le terrain abidjanais, paraît avoir un net avantage sur Alassane Ouattara. Sur le moyen terme, les sanctions financières agitées par la communauté internationale peuvent, certes, l’ébranler. Mais combien de temps tiendront Alassane Ouattara et son gouvernement, cloîtrés à l’hôtel du Golf ? Combien de temps encore les forces de l’ONUCI parviendront-elles à tenir en joue les forces fidèles à Laurent Gbagbo et défendre le palace où son adversaire est retranché ? Les forces internationales se risqueraient-elles à sortir de leur rôle de protection et à se mettre elles-mêmes hors-la-loi ? Les Forces nouvelles et les jeunes pro-Ouattara sont-ils capables de mener une offensive à Abidjan ? L’on se prend à espérer, en dépit des échecs de tous les efforts entrepris, qu’il existe encore une issue diplomatique. Mais désormais, chaque heure compte en Côte d’Ivoire.