Côte d’Ivoire : condamné à 20 ans de prison, Guillaume Soro charge Alassane Ouattara

Guillaume Soro

Poursuivi pour recel et détournement de deniers publics, blanchiment de capitaux, l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro, a chargé Alassane Ouattara après avoir été condamné à 20 ans de prison.

Reconnu coupable de recel et détournement de deniers publics, blanchiment de capitaux, l’ancien Premier ministre par ailleurs ex-président de l’Assemblée nationale ivoirienne a été condamné à une peine de 20 ans de prison ferme, assortie d’une amende de 4,5 milliards de F CFA. Guillaume Soro a en outre été frappé de la privation de ses droits civiques pendant une période de sept ans.

L’ancien président de l’Assemblée nationale est donc, de fait écarté de la course à la présidentielle d’octobre 2020. Quelques minutes après sa condamnation, Guillaume Soro a réagi, soulignant que « c’est une sentence qui ne nous émeut absolument pas. La parodie de procès à laquelle nous avons assisté ce jour est la preuve ultime que l’État de droit est définitivement enterré par Alassane Ouattara ».

Il est reproché à Guillaume Soro l’achat, en 2007, de sa résidence de Marcory Résidentiel, alors qu’il était Premier ministre. L’édifice avait alors coûté un peu plus d’1,5 milliard de FCFA. La justice accuse l’ancien président de l’Assemblée nationale de s’être servi des fonds du trésor public ivoirien pour procéder à l’acquisition de cette résidence.

Guillaume Soro est en exil en France depuis le 23 décembre 2019. L’ancien Premier ministre ivoirien n’a donc pas assisté à son procès, jugé dès lors par contumace. Toutefois, l’ancien patron du perchoir ivoirien a confié maintenir sa candidature à l’élection présidentielle d’octobre 2020.

A lire : Côte d’Ivoire : la justice poursuit la procédure contre Guillaume Soro et ouvre son procès

Pour leur part, les avocats de Guillaume Soro n’ont pas assisté au procès initié à l’encontre de leur client, ce jour. Les conseils de l’ancien président de l’Assemblée nationale dénoncent une « parodie de justice ».