Côte d’Ivoire: Charles Blé Goudé plus vif que mort

Charles Blé Goudé ne serait pas mort. L’un des hommes les plus recherchés par les autorités ivoiriennes aurait adressé une lettre aux Ivoiriens et laissé un enregistrement audio à ses partisans où il déclare qu’il est « bel et bien vivant ». Il y émet également des doutes sur le processus de réconciliation amorcé par le président ivoirien, Alassane Ouattara.

Des rumeurs circulaient sur sa mort. Un enregistrement du leader des Jeunes Patriotes sur lequel il affirme qu’il est « bel et bien vivant » circule sur des sites proche des Jeunes Patriotes. Il aurait également publié une lettre dans les colonnes de certains quotidiens ivoiriens. Le ministre de la Jeunesse sous le gouvernement de Laurent Gbagbo, qui s’adresse dans un premier temps à ses détracteurs, ironise : « Je suis vivant. A ceux qui ont jubilé à l’annonce de ma prétendue mort… je leur souhaite longue vie. Soyez rassurés, je suis bel et bien vivant.» Concernant la réconciliation amorcée par le président Alassane Ouattara, il affirme qu’« au delà des slogans, la réconciliation doit se traduire en actes concrets. Le président Gbagbo et plusieurs de ses compagnons sont illégalement incarcérés dans le nord de la Côte d’Ivoire».

Charles Ble Goudé

(00:20)

Extrait de l’enregistrement.

Rumeurs et démentis

De nombreuses rumeurs et démentis ont circulé sur le sort de Charles Blé Goudé disparu depuis le 11 avril, jour de l’arrestation de son mentor et ancien chef de l’Etat, Laurent Gbagbo. Le chef de la jeunesse pro-Gbagbo a écrit dans sa présumée lettre adressée aux Ivoiriens : «Vivant, j’ai assisté à mes funérailles à plusieurs reprises ».
Le « Général terrain » aurait été aperçu le 2 avril, pendant le siège d’Abidjan, près de la frontière séparant le Mali et la Côte d’Ivoire par un correspondant de la BBC. Le 14 avril, le porte-parole du nouveau gouvernement ivoirien, Patrick Achi, avait annoncé sa capture. Il s’était ensuite rétracté. Alain Toussaint, le conseiller de Laurent Gbagbo à Paris, avait déclaré mi-avril à Reuters que «Charles Blé Goudé [était] entre la vie et la mort.» «Il a été arrêté par l’Onuci et cette dernière l’a remis aux forces d’Alassane Ouattara», avait-il ajouté. D’autres diplomates avaient anonymement annoncé la mort du « général de la rue ». Charles Blé Goudé avait été arrêté puis frappé à mort et enterré secrètement par les hommes d’Alassane Ouattara, disaient-ils en substance. D’autres rumeurs de fuite se sont multipliées. Il se serait actuellement réfugié au Bénin ou plus vraisemblablement au Ghana comme beaucoup de responsables du Front populaire Ivoirien (FPI), selon RFI.

Mandat d’arrêt contre « Blé la machette »

« Charles Blé Goudé est « vivant » : Le procureur peut enfin lancer un mandat d’arrêt », titre ce mercredi le journal l’Expression. Le chef des Jeunes Patriotes, 39 ans, a joué un rôle très actif durant le conflit politique qui a opposé le président sortant Laurent Gbagbo à Alassane Ouattara. «Blé la machette», comme il est parfois surnommé, avait appelé mi-mars, en pleine crise, « tous les jeunes de Côte d’Ivoire » à s’enrôler dans l’armée. En février, il s’était opposé à la médiation du président burkinabè Blaise Compaoré au motif que le pays de ce dernier servait de « base arrière à la rébellion » nordiste et était dorénavant perçu comme « belligérant » par les Jeunes patriotes. L’ancien secrétaire général de la puissante et sulfureuse Fédération estudiantine de Côte d’Ivoire (Fesci) fait l’objet de sanctions de l’ONU depuis 2006 pour incitation à la haine et actes de violences.

Le conflit en Côte d’Ivoire a fait plus de 3000 morts et près d’un million de déplacés.