Corruption : Algérie, Egypte et Maroc ex æquo, mais mauvais élèves

Selon l’indice de perception de la corruption 2015 établi par l’ONG Transparency International, l’Afrique reste l’une des régions les plus corrompues du monde, et des pays comme l’Algérie, le Maroc et autres Egypte sont des mauvais élèves.

Le classement, fait par Transparency International, des pays africains dans l’indice de perception de la corruption 2015 est tombé. Ce rapport insiste que l’Afrique reste l’une des régions les plus corrompues du monde, et des pays comme l’Algérie, le Maroc et autres Egypte sont des mauvais élèves.

Selon l’indice de perception de la corruption 2015 établi par l’ONG Transparency International et qui évalué 167 pays sur une échelle de 0 points (perçus comme très corrompus) à 100 points (perçus comme très intègres), l’Afrique reste l’une des régions les plus corrompues du monde. Sur les 52 pays africains étudiés, 6 seulement ont obtenu une note supérieure ou égale à la moyenne (50 points). L’indice de perception de la corruption, qui ne mesure que les actes touchant le secteur public, s’appuie sur des données collectées par 12 organismes internationaux, parmi lesquels la Banque mondiale, la Banque africaine de développement ou encore le Forum économique mondial.

Selon l’Agence Ecofin qui reprend le rapport, le Botswana (28è rang à l’échelle mondiale) arrive à la première position sur le plan continental, avec un honorable score de 63 points. Mieux, le premier pays producteur de diamants en Afrique gagne 3 rangs par rapport à 2014. Le Cap Vert (40è au plan mondial) arrive en deuxième position à l’échelle africaine et gagne deux rangs par rapport à 2014. Viennent ensuite les Seychelles (40è à l’échelle mondiale), le Rwanda (44è), l’Ile Maurice (45è), la Namibie (45è), le Ghana (56è), le Lesotho (61è), le Sénégal (61è). L’Afrique du Sud (61è à l’échelle mondiale) ferme le Top 10 africain.

En 2015, certains pays africains ont enregistré de fortes progressions comparativement à 2014. C’est notamment le cas du Rwanda (+11 places), de la Namibie (+10) et du Sénégal (+8). D’autres pays du continent ont cependant reculé. Ainsi, le Maroc est passé de la 80è place à l’échelle mondiale en 2014 à la 88è place en 2015, ex æquo avec l’Egypte et l’Algérie, alors que le Lesotho a perdu six places comparativement à 2014. A l’échelle internationale, les plus mauvais élèves sont, ex æquo, la Corée du Nord et la Somalie (8 points), devancés par le Soudan (165e, 15 points) et l’Afghanistan (166e, 11).

Le Danemark est le champion du monde de la transparence avec 91 points, suivi par la Finlande (90) et la Suède (89). Viennent ensuite la nouvelle Zélande, les Pays-Bas, la Norvège et la Suisse.

En dépit du constat que la grande majorité des pays ont une note inférieure à la moyenne, Transparency International relève avec satisfaction que le nombre de pays ayant réussi à améliorer leur score a été plus élevé que celui des pays où il a baissé en 2015.

Classement des pays africains dans l’indice de perception de la corruption 2015 :

1-Botswana (28è rang à l’échelle mondiale)

2 -Cap Vert (40è)

3-Seychelles (40è)

4-Rwanda (44è)

5-Maurice (45è)

6-Namibie (45è)

7-Ghana (56è)

8-Lesotho (61è)

9-Sénégal (61è)

10-Afrique du Sud (61è)

11-Sao Tomé-et-Principe (66è)

12-Burkina Faso (76è)

13-Tunisie (76è)

14-Zambie (76è)

15-Bénin (83è)

16-Liberia (83è)

17-Algérie (88è)

18-Egypte (88è)

19-Maroc (88è)

20-Mali (95è)

21-Djibouti (99è)

22-Gabon (99è)

23-Niger (99è)

24-Ethiopie (103è)

25-Côte d’Ivoire (107è)

26-Togo (107è)

27-Malawi (112è)

28-Mauritanie (112è)

29-Mozambique (112è)

30-Tanzanie (117è)

31-Sierra Leone (119è)

32-Gambie (123è)

33-Madagascar (123è)

34-Cameroun (130è)

35-Comores (136è)

36-Nigeria (136è)

37-Guinée (139è)

38-Kenya (139è)

39-Ouganda (139è)

40-Centrafrique (145è)

41-République du Congo (146è)

42-Tchad (147è)

43-RD Congo (147è)

44-Burundi (150è)

45-Zimbabwe (150è)

46-Erythrée (154è)

47-Guinée-Bissau (158è)

48-Libye (161è)

49-Angola (163è)

50-Soudan du Sud (163è)

51-Soudan (165è)

52-Somalie (167è)