Coronavirus : le Niger prend des mesures drastiques

Le Président du Niger, Mahamadou Issoufou

Face au Coronavirus qui prend de plus en plus de l’ampleur dans la sous-région ouest africaine, le Niger n’a pas hésité à prendre des mesures préventives drastiques. Les autorités nigériennes ont fait fermer les frontières terrestres, les aéroports, les universités, les écoles, les bars et boites de nuit.

Mardi, Mahamadou Issoufou, Président du Niger, s’est adressé à ses concitoyens. Il a procédé à l’annonce des mesures drastiques prises par le gouvernement pour prévenir la pandémie du Coronavirus. Selon ses déclarations : « La seule arme qui existe aujourd’hui, c’est la prévention. C’est pourquoi, tous les pays du monde prennent des mesures sévères, des mesures drastiques, notamment de confinement de leurs citoyens et de fermeture de leurs frontières. Même les lieux de culte sont concernés, y compris la plus sainte des saintes mosquées, la Kaaba. C’est une réalité, ce n’est pas de la science-fiction ».

Le Niger prend ses responsabilités

Toujours dans l’optique de prévenir le mal, les autorités nigériennes ont fait fermer les écoles, universités, bars, boites de nuit, aéroports et frontières terrestres. Ces mesures relèvent d’un réel pragmatisme et tranchent notamment avec celles prises au niveau de certains pays de la sous-région ouest africaine qui, manifestement, ne mesurent pas encore l’ampleur des conséquences de la propagation du virus

L’UNICEF joue sa partition

Seules des sources fiables comme l’OMS, l’UNICEF, les autorités sanitaires, et les professionnels de santé de confiance, peuvent délivrer les vraies informations concernant le Covid-19. Mais au Niger, un message trompeur qui semble provenir de l’UNICEF circule, depuis quelques jours, sur les réseaux sociaux et internet.  Le Bureau de l’UNICEF au Niger a donc fait savoir aux citoyens qu’ils doivent arrêter de diffuser des informations qui ne proviennent pas de sources fiables et vérifiables. En effet, cela peut semer le trouble dans la population, qui ne sait pas toujours faire la différence entre les vraies informations et les infox.

L’organisme onusien a donc pris toutes les mesures pour que les informations les plus précises concernant le virus soient diffusées. Une étroite collaboration est instaurée entre l’OMS, les différents pouvoirs publics et les plateformes en ligne pour garantir une bonne diffusion des informations et des conseils sûrs.