Coronavirus au Togo : les soignants préoccupés par la hausse des cas

La situation du Covid-19 au Togo est plus qu’inquiétante. Au cours des derniers jours, le nombre de cas a sensiblement décuplé parmi les populations et le milieu médical. Les professionnels de la santé sollicitent le soutien du gouvernement.

Le 14 août dernier, les points focaux du Synphot (Syndicat des praticiens hospitaliers du Togo) issus de 44 districts sanitaires du Togo se sont réunis. La rencontre avait pour but de trouver des solutions quant à la situation délicate dans laquelle se trouvent les soignants sur les lieux de travail. Il s’agit d’une véritable urgence en cette période de Coronavirus où la recrudescence des cas s’observe. Les professionnels de la santé par la voix de Soulima Niwa, Secrétaire général adjoint du Synphot, se sont adressés aux autorités togolaises. Ils leur ont ainsi demandé « de faire plus d’efforts pour que les matériels de protection arrivent à temps dans les hôpitaux ».

Des appréhensions légitimes

Le gouvernement a également été invité à faire preuve d’une grande prévoyance. En effet, les soignants qui se trouvent au front, impliqués dans la lutte quotidienne contre le Covid-19 craignent le pire. Le spectre d’une hausse exponentielle du nombre de cas journaliers enregistrés plane donc plus que jamais. Selon leur recommandation à l’endroit du gouvernement, il faudrait renforcer les effectifs des professionnels présents dans les centres de soins.

Soulima Niwa, le Secrétaire général adjoint du Synphot a déclaré : « Nous pensons aussi qu’à ce stade de l’épidémie qu’on puisse renforcer le personnel de santé parce que si l’épidémie venait à exploser on aura beaucoup plus de sollicitation ». Parmi le personnel médical, on a dénombré 57 cas de Coronavirus. Le bilan officiel du pays fait état de 1 147 cas confirmés, 843 guérisons pour 27 décès.

Notons que le Togo n’est pas l’unique pays africain où les services de santés sont submergés par cette crise sanitaire. A Madagascar, les hôpitaux d’Antananarivo commençaient déjà à manquer de lits le mois dernier. Vivement que le Togo n’en arrive pas là.