Coronavirus au Nigeria : trois Etats dont Lagos et Abuja en confinement total

Le Président nigérian, Muhammadu Buhari

Le président de la République du Nigeria, Muhammadu Buhari, s’est adressé au peuple, pour la première fois depuis l’avènement de l’épidémie de la Covid-19. Dans son discours, il a fait l’annonce de décisions drastiques prises pour lutter contre la propagation du virus qui a déjà infecté une centaine de personnes dans le pays. Les Etats d’Ogun, de Lagos et d’Abuja seront soumis à 14 jours de confinement.

Dans son discours du dimanche soir, le Président nigérian a décidé de mettre en confinement total les villes comptant les plus grands nombres de cas avérés du Coronavirus. Une décision qui concerne trois villes dont Lagos, qui compte à elle seule plus de 20 millions d’habitants, et qui est considérée par le Président comme une « question de vie ou de mort ». A l’instar du Bénin dont huit communes sont isolées depuis cette nuit, l’annonce de Buhari entre dans le cadre de la lutte contre la propagation de la Covid-19 et prendra effet ce lundi 30 mars, à 23 heures, et s’étalera sur 14 jours.

Les habitants des Etats concernés doivent rester chez eux et les voyages inter-états et interurbains doivent être annulés. Toutes les entreprises et magasins sont interdits d’ouvrir leurs portes pendant les deux semaines. Seuls les stations d’essence, les compagnies de sécurité, de distribution d’électricité et les commerces alimentaires seront exemptés. Mais leur accès sera toutefois surveillé et restreint.

Selon les explications de l’homme d’Etat de 77 ans, alors que la population sera à la maison au cours des deux prochaines semaines, les autorités en profiteront pour recenser les personnes qui présenteront les symptômes de la maladie et retrouveront tous ceux qui ont été en contact avec les malades.

Un confinement qui aura sans doute un impact non négligeable sur plusieurs secteurs et affectera l’économie du pays. La population qui, en majorité, vit des activités informelles et gagne moins de deux dollars par jour ne comprend pas forcément le bien-fondé de cette décision, mais le pays, à l’instar de plusieurs autres à l’échelle planétaire, traverse une période de crise sanitaire et une mauvaise gestion pourrait entraîner le décès de milliers de personnes.