Coronavirus : après avoir contaminé l’Afrique, l’Europe ferme ses frontières au continent

L’Union Européenne a sorti une liste de 14 pays dont les ressortissants sont autorisés à voyager sur son territoire. Quatre pays africains sur les cinquante-quatre que compte le continent font partie de cette liste. Les ressortissants des cinquante autres pays africains sont donc indésirables et indésirés en Europe qui les considère comme des personnes à risque. Tout ceci, alors que c’est l’Europe qui a contaminé l’Afrique. De quoi dessiller les yeux aux dirigeants du continent.

« Il faut vivre longtemps pour voir une chose et son contraire », dit la sagesse africaine. La pandémie de Covid-19 aura permis de voir cet adage se concrétiser sous nos yeux, en un laps de temps très court. On n’a pas eu besoin d’attendre longtemps pour voir cela. A la fin de l’année 2019, en effet, le nouveau Coronavirus vecteur d’une nouvelle maladie très contagieuse, le Covid-19, fait irruption dans le monde, semant la panique partout. Partie de la Chine, la maladie s’est rapidement répandue dans d’autres pays, mais avec comme nouveau terrain de prédilection, l’Europe. Les pays comme l’Italie, l’Espagne, puis la France ont été frappés de plein fouet, et très vite les morts ont commencé par s’entasser, se décomptant par centaines par jour. Les systèmes sanitaires de ces pays qui passaient pour les mieux préparés pour faire face à des risques d’épidémies sont mis à rude épreuve. Les hôpitaux étaient débordés et les professionnels de la santé n’en pouvaient plus. C’était l’hécatombe. Jusque-là, l’Europe n’avait pas fermé ses frontières…

Pendant ce temps, l’Afrique pour laquelle l’OMS prévoyait un schéma apocalyptique était bien à l’abri, au calme, sans aucun cas de personne contaminée par le Coronavirus identifiée sur son sol; jusqu’au 14 février où la maladie fit son entrée sur le continent par l’Egypte. Le malade venait de l’Europe. Puis l’Algérie, puis le Nigeria, le Sénégal, la Tunisie, le Maroc, et progressivement tous les pays du continent. Les pays de provenance de ces porteurs du Coronavirus qui ont colporté ce dangereux virus sur le continent africain étaient surtout l’Italie et la France, bref des pays européens. Contrairement aux craintes, ce n’est pas par la Chine que le Covid-19 a touché l’Afrique, mais bien par l’Europe.

Pendant ce temps, que faisaient les dirigeants africains ? Comme d’habitude, ils étaient dans l’attentisme, tergiversaient, hésitant à prendre la décision courageuse de fermer les frontières de leurs pays à cette Europe devenue un foyer de propagation du Covid-19. C’est seulement au Maroc que la décision de couper les liaisons aériennes et maritimes avec la France et les autres pays européens devenus des foyers de l’épidémie a été prise, mi-mars. Mais là encore, le mal était déjà fait.

Une leçon pour les dirigeants africains

Ironie du sort, maintenant que l’Europe, au terme d’un confinement de trois mois, a réussi à réduire tant soit peu la saignée démographique, elle déclare les pays africains peu sûrs pour que leurs ressortissants puissent fouler son sol. La dernière liste des 14 pays dont les ressortissants sont autorisés à se rendre en Europe ne compte que quatre Etats africains : l’Algérie, le Maroc, la Tunisie et le Rwanda. Mais là encore, la Belgique, elle, ne s’aligne pas sur la décision de l’Union Européenne, puisqu’elle estime que ces pays présentent encore des risques sanitaires.

S’il est vrai que le nombre de cas s’accroît à un rythme rapide, ces dernières semaines, en Afrique, le bilan du Covid-19 sur ce continent est encore très loin de la catastrophe qui s’est déroulée sous nos yeux en Europe. Le continent africain compte, à la date du 9 juillet 2020, 523 806 cas de personnes infectées dont près de la moitié soit 255 016 sont guéries pendant que 12 229 ont succombé. Pendant ce temps, l’Europe, au 8 juillet 2020, a déjà enterré 200 288 morts du Coronavirus sur un nombre total de 2 684 001 cas d’infections, et enregistré 1 599 649 guérisons. Ceci n’empêche tout de même pas l’Union Européenne de se méfier de l’Afrique après l’avoir contaminée.

Cette décision de l’Europe a suscité l’indignation dans des pays comme le Sénégal et le Gabon qui se sont empressés de mettre en avant la règle de la réciprocité pour interdire à leur tour l’entrée des ressortissants européens sur leur territoire. Si les dirigeants africains pouvaient tirer toutes les leçons de cette ironie, et oser prendre des décisions courageuses lorsque cela s’impose, le continent ne s’en portera que mieux.