Congo : le Président Sassou N’Guesso prêt pour un dialogue inclusif

Préoccupé par les aspirations de son peuple à l’écoute duquel il tient à se mettre, le Président Denis Sassou N’Guesso a consacré dix jours pour rencontrer les responsables politiques, les membres de la société civile, les autorités traditionnelles, les organisations des jeunes et des femmes soucieux de préserver la concorde nationale par un dialogue fécond et inclusif.

Préoccupé par les aspirations de son peuple, le Président Denis Sassou N’Guesso a consacré dix jours pour rencontrer les responsables politiques, les membres de la société civile, les organisations des jeunes et des femmes soucieux de préserver la concorde nationale par un dialogue fécond et inclusif.

Pendant ces dix jours, des citoyennes et citoyens, ont été reçus sans distinction par le président de la République qui a recueilli leurs différents points de vue afin de créer les conditions favorables qui garantissent la paix et la sécurité. Tous ont partagé, avec le Président de la République congolais, leurs préoccupations.

« Pendant dix jours, j’ai eu le bonheur de rencontrer des concitoyennes et des concitoyens, femmes et hommes dignes et louables qui, en acceptant d’honorer l’invitation du président de la République, ont donné la preuve de leur profond respect des institutions et de la République », dit-t-il.

Privilège pour le Président

Le Président congolais avoue ressenti un sentiment exceptionnel en rencontrant ses compatriotes dans le cadre de ces échanges. « Pendant dix jours, du matin au soir, j’ai eu le privilège d’entendre, d’écouter attentivement quatre cents Congolaises et Congolais de couches différentes et de conditions diverses », déclare-t-il aux participants.

De cette rencontre entre le peuple congolais et son Président, il ressort des convergences de vues avantageuses pour les uns et les autres autour des questions qui cristallisent le débat national, notamment « la gouvernance électorale et l’avenir de nos institutions« .

Un consensus commence à se dégager

Dans leur ensemble, les acteurs politiques, les opérateurs économiques et les structures des jeunes et des femmes, se sont montrés disposés à aller vers une concertation nationale inclusive. Les points de vue qui étaient distants, se sont rapprochés sans préjugés ni conditions autour du consensus national.

Toutes les différentes forces vives du pays ont sollicité du président de la République de favoriser le dialogue. « Ayant accepté de donner une suite favorable à cet appel de la raison, j’ai décidé de mettre en place une commission préparatoire au dialogue national».

La parole donnée

« C’est une foi partagée de laquelle nous avons toujours su, ensemble, chaque fois que nécessaire, sans interférence extérieure, tirer le ressort qui donne au Congo la possibilité d’aborder son avenir dans la paix », a lancé le Président Sassou N’Guesso pour afficher sa disponibilité pour la tenue d’un dialogue national, gage de la paix et de la stabilité politique pour un pays comme le Congo, qui joue un rôle de pondération essentiel dans une sous-région déstabilisée et gangrenée par les conflits armés et l’insécurité.