Congo : Denis Sassou Nguesso rencontre François Hollande à l’Elysée

Le Président congolais Denis Sassou Nguesso va rencontrer son homologue français François Hollande, ce mardi après-midi.

Alors que le Président François Hollande rentre d’une tournée africaine au pas de course au Bénin, en Angola et au Cameroun, le chef de l’Etat congolais Denis Sassou Nguesso se rend à l’Elysée, à Paris, ce mardi 7 juillet 2015, où il rencontrera son homologue français dans l’après-midi. La Centrafrique, la conférence internationale sur le climat mais aussi le dialogue national au Congo devraient être au centre des discussions entre les deux responsables.

L’implication du Congo dans la résolution de la crise centrafricaine a fait de ce pays un partenaire privilégié de la France, préoccupée par la situation sécuritaire dans la région, notamment au travers les 3 000 soldats déployés au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane. Denis Sassou Nguesso avait organisé le Forum de Brazzaville, en juillet 2014, où les différents protagonistes centrafricains s’étaient engagés à cesser les hostilités. Plus encore, c’est le soutien financier du Congo qui a permis à l’Etat centrafricain de « tenir » pendant la période de transition, de payer les fonctionnaires et les forces de l’ordre, etc. Le rôle « pacificateur » et « stabilisateur » de la République du Congo est aujourd’hui essentiel pour l’Afrique centrale.

Rencontre avec Manuel Valls

François Hollande l’a dit, la conférence internationale sur le climat qui doit se tenir à Paris, en décembre prochain, est au centre de ses préoccupations dans toutes ses relations avec les pays africains, pourtant peu pollueurs, mais dont il veut s’assurer le soutien. De ce point de vue aussi, la politique de Développement durable conduite par le Congo, en particulier en matière d’exploitation forestière, est exemplaire. C’est le Congo qui comporte le plus de parcs nationaux protégeant des aires immenses de forêt primaire. Un véritable poumon vert pour l’Afrique et pour le monde.

La situation politique au Congo devrait aussi être évoquée. Alors que le Président congolais vient d’annoncer le lancement d’un dialogue national dans le pays du 11 au 15 juillet, une partie de l’opposition, qui dénonçait jusque là l’aspect « trop présidentiel » de l’Etat congolais, reproche à Denis Sassou Nguesso de vouloir modifier certaines dispositions de la Constitution non seulement pour atténuer ce caractère « présidentiel », mais aussi pour permettre sa réélection en 2016. Une logique assez proche de celle de Jacques Chirac qui avait organisé le passage du septennat au quinquennat en France afin de pouvoir briguer sans risque sa propre succession…

Denis Sassou Nguesso doit aussi rencontrer le Premier ministre français Manuel Valls, à l’issue de sa rencontre avec le président de la République française.