Condoleezza Rice médiateur des crises africaines

Condoleezza Rice est en Ethiopie, ce mercredi, pour assister à une réunion sur l’apaisement des conflits en Afrique du Centre et de l’Est. La crise qui sévit dans l’Est de la République Démocratique du Congo et la guerre civile en Somalie seront au programme.

Par Awa Traoré

Les Etats-Unis jouent les pompiers en Afrique. La secrétaire d’Etat américaine est arrivée ce mercredi matin en Ethiopie pour participer à une réunion consacrée à « la paix et la sécurité en Afrique ». Lors de cette visite, Condoleezza Rice rencontrera les autorités des pays du Centre ou de l’Est en proie à la guerre ou menacés d’instabilité. Outre des responsables des Nations Unies et de l’Union Africaine, elle s’entretiendra avec des représentants du Burundi, de la République Démocratique du Congo (RDC), du Rwanda, d’Ouganda, d’Ethiopie, de Somalie et du Soudan.

Mater les rebelles de RDC

« Condi » devrait longuement évoquer le cas de la RDC, dont le gouvernement a lancé, lundi, dans le Nord Kivu (Est), une offensive contre le chef rebelle Laurent Nkunda. Dans ce sanglant conflit, les Etats-Unis ont d’ailleurs fait leur choix : des diplomates américains souhaitent, pour éviter un massacre, la reddition et l’exil du général déchu Nkunda.

La secrétaire d’Etat adjointe aux affaires africaines, Jendayi Frazer, a quant à elle déclaré que la réunion avait notamment pour objectif de « permettre aux Congolais de s’attaquer à ces forces négatives dans leur pays ». Condoleezza Rice pourrait à cet effet proposer un moyen d’endiguer les violences.

Washington a cependant déjà accepté d’aider Kinshasa à entraîner une force d’intervention rapide pour repousser les dissidents et prépare actuellement les modalités de ce programme. Un programme qui pourrait se révéler inutile si la RDC et le Rwanda parviennent à désarmer les rebelles, comme les deux Etats l’avaient convenu.

« Conduire la Somalie aux élections de 2009 »

L’autre dossier brûlant abordé sera celui de la Somalie, en guerre civile depuis 1991 et qui ne parvient pas à mater les islamistes malgré le soutien sur le terrain de l’Ethiopie. « Nous espérons que les discussions se concentreront sur la manière d’obtenir un dialogue politique plus complet et une réconciliation pour conduire le pays aux élections de 2009 », a indiqué Jendayi Frazer.

Il sera également question des tensions persistantes entre l’Ethiopie, alliée des Etats-Unis dans la lutte anti-terroriste, et l’Erythrée voisine. L’objectif du chef de la diplomatie américaine est de trouver comment apaiser les deux pays, qui se disputent depuis des années à propos de la frontière qui les sépare. Le cas du Soudan, déchiré à l’Ouest par la guerre au Darfour, sera également discuté. Condoleezza Rice pourrait saisir l’occasion pour mettre la pression sur Khartoum afin qu’il applique l’accord de paix de 2005 qui a mis fin à 21 années de guerre.

Plus largement, les Etats-Unis reviendront peut-être sur leur plus grande implication en Afrique. Implication entre autres symbolisée par le Commandement régional militaire pour l’Afrique (Africom), qui s’est fixé pour mission de superviser les opérations militaires sur le continent et de contribuer au développement socio-économique de l’Afrique.