Conakry dans la fièvre de la « DV Lottery »

Aujourd’hui, lorsqu’on parcourt la capitale de la Guinée, Conakry, l’on se rend compte que des jeunes ont trouvé depuis quelques semaines une occupation bien particulière qui leur permet soit de se faire de l’argent, soit de s’occuper pour ne pas être oisif. Il s’agit de faire jouer à une certaine catégorie de la population la Loterie Américaine, communément appelé « DV Lottery ».
Reportage

(De notre correspondant à Conakry)

Il est 17 heures au carrefour Bomboli, dans la commune de Ratoma, ce samedi 26 octobre. L’ambiance y est bon enfant. Juste au carrefour, à gauche, une plaque indique le lieu où l’on peut jouer à la « DV Lottery ». Là, deux jeunes sont installés juste à l’entrée d’un studio photo. Ils ont aménagé l’endroit qui leur sert de lieu de prestation. Amadou Sadio Camara, diplômé sans emploi nous explique comment lui est venue l’idée de débuter cette prestation qui consiste à enregistrer ceux qui le désirent à la DV Lottery : « Vu la conjoncture que traverse le pays, je me suis dit que c’est une opportunité pour la jeunesse guinéenne de saisir ce laps de temps pour réaliser un rêve de faire des études de qualité, de se prendre en charge. Par rapport à la sous-région et à l’instar des autres pays du monde, il faut que la Guinée intègre ce programme « DV Lottery » pour concurrencer les autres pays du monde du point de vue de la qualité d’étude. C’est une opportunité à saisir ». M Camara soutient qu’il souhaite augmenter la chance de la sélection guinéenne et en faire profiter la jeunesse de Koloma qui est marginalisée. Et de préciser : « Dans les normes, on accorde 7% pour chaque pays, soit environ 3 500 personnes. Je connais des gens qui ont gagné à cette DV et qui sont partis à Dakar faire leur interview et qui sont revenus. C’est quelque chose qui est réelle ».

Pour ce qui est du mode d’emploi pour jouer à cette « DV Lottery », M. Camara précise qu’il utilise l’internet afin de remplir le formulaire, il y a aussi le traitement de la photo. Et de conclure : « Notre objectif est d’inscrire le maximum de personnes. Je demande à la jeunesse de venir se faire inscrire d’ici le 2 novembre. Qu’ils aient l’argent ou pas. Car, pour notre prestation on demande 15 000 Gnf. Mais, parfois si on a des personnes qui n’ont pas d’argent, on les inscrit. Ce n’est pas l’argent qui nous motive ».
Amadou Oury Diallo, étudiant qui assiste M. Camara a indiqué qu’il s’est impliqué dans cette activité parce que ce sont les vacances et ça lui permet de s’occuper. Et d’ajouter : « Nous sommes exigeants s’agissant des critères imposés pour la « DV Lottery ». Je demande aux jeunes de venir s’inscrire ».

A Dixinn, dans un cyber où nous nous sommes rendus, il faut débourser la somme de 20 000 gnf pour se faire inscrire à la « DV Lottery ». Le gérant qui a préféré garder l’anonymat a déclaré : « Depuis que j’ai débuté cette prestation pour la « DV Lottery », j’ai inscrit 1 700 personnes. C’est une affaire qui marche. Les jeunes surtout s’inscrivent, car avec cette DV, il y a beaucoup d’avantages. En plus, actuellement la conjoncture qui sévit dans ce pays fait que les jeunes ont besoin de voir ailleurs pour tenter leur chance ».

Témoignages de quelques clients qui ont joué à la DV

A la question de savoir pourquoi choisir la « DV Lottery » au lieu de passer par la voie clandestine, comme le font plusieurs jeunes, Ibrahima Diané, un client qui vient juste de jouer s’explique : « Immigrer clandestinement comporte beaucoup de risques. J’ai une famille qui compte sur moi et je ne peux pas me permettre de compromettre mon avenir. La DV Lottery offre des garanties et c’est plus sûr. C’est une chance pour les jeunes de construire leur avenir ». Barry Issaga lui estime qu’avec tous les drames qui se passent avec l’immigration clandestine, c’est suicidaire d’emprunter cette voie pour tenter l’aventure. Et d’expliquer : « La « DV Lottery » est une opportunité pour nous les jeunes d’immigrer en toute sécurité. Si tu as la chance de gagner, les autorités américaines te prennent en charge. Et il n’y a aucune chance qu’on t’expulse. En plus de ça, arrivé aux Etats Unis, tu peux réussir et aider ton pays ».

Moustapha Oularé, sociologue et professeur explique l’engouement des jeunes pour la « DV Lottery » par le fait que la situation économique qui prévaut en Guinée fait que la plupart des jeunes pensent qu’en se rendant à l’étranger, ils ont la possibilité de réaliser leur rêve pour améliorer leurs conditions de vie. Et d’expliquer : « Ce qu’il faut souligner, c’est qu’avec cette loterie américaine, les candidats à l’immigration sont conscients qu’ils ont des garanties pour tenter l’aventure. Ce qui peut être considéré comme salutaire. Car, vous n’êtes pas sans savoir qu’il y a beaucoup de drame avec l’immigration clandestine. Mais, il ne faut pas que ces jeunes croient qu’une fois ils arrivent aux Etats-Unis tout est rose. Non ! Là, c’est une autre vie et une autre étape de leur vie qui commence ».

Pour l’heure, il faut constater que la fièvre de la « DV Lottery » est toujours de mise dans la capitale, Conakry. Et ce jusqu’au 2 novembre, date de clôture pour les inscriptions !