Comment la RDC se prépare à accueillir le Pape François

Pape François
Pape François

Le Pape François doit se rendre en République Démocratique du Congo, du 31 janvier au 3 février. A Kinshasa, les artères de la ville sont nettoyées avec une vaste opération de désencombrement pour accueillir le souverain. La dernière visite d’un Pape dans le pays remonte à 1985, avec Jean-Paul II.

C’est un grand toilettage dans la capitale rd-congolaise, à l’approche de la visite du souverain pontife. Les autorités ont entamé une vaste opération de déguerpissement des petits commerces sauvagement installés aux abords des rues et avenues de Kinshasa. Des étals endommagés, des cantines rasées. C’est le décor dans la ville.

Opération qui va se poursuivre après le départ du Pape

Aucune concession n’est faite par les autorités de ce pays d’Afrique Centrale. Une brigade d’assainissement dénommée Coup de poing a été mise sur pied. Lundi, à l’aube, ils ont pris d’assaut les ruelles de la capitale démolissant les tables, emportant les chaises. Une opération d’assainissement qui va se poursuivre même après le départ du Pape, indiquent les autorités.

Au début, il a été indiqué que c’est le Boulevard Lumumba qui a été la cible de cette vaste opération. Seulement, la campagne s’est élargie aux rues et ruelles de la capitale. Ce qui n’a pas manqué de soulever la colère des petits commerçants qui exerçaient dans les environs. La police est accusée d’avoir détruit les biens de « gens qui cherchent à faire face à la conjoncture ».

Gâchis pour accueillir un homme de Dieu

« Tout ce gâchis pour soi-disant accueillir un homme de Dieu », dénonce-t-on. La coïncidence de cette opération avec l’arrivée du Pape François dérange au plus haut niveau. Même dans l’Eglise où l’on dénonce la méthode. Sur VOA, le prêtre catholique Victor Mtambwe se dit « désolé par rapport à ce que l’Hôtel de ville, à travers les gouverneurs, est en train de faire ». Et de se demander : « Fallait-il attendre l’arrivée du Pape pour le faire ? ».

Pour le religieux, « Gouverner c’est prévoir… C’est vrai que le Congolais exagère parfois, car il y a des endroits appropriés pour vendre. Mais j’aurais aimé qu’on s’attaque à la cause de ce phénomène », en lieu et place de procéder à un déguerpissement de ce genre. Chez les petits commerçants, chacun tente de sauver ce qu’il peut. En attendant de voir où s’installer pour continuer à survire.

Lire : Le voyage du Pape en Afrique maintenu, malgré sa maladie