Comment l’Afrique peut-elle bénéficier du renouveau économique mondial post COVID-19 ?

La crise sanitaire du coronavirus est une difficulté économique de plus pour les pays africains qui peinaient déjà à tirer leur épingle du jeu. Cependant, cette pandémie a touché le monde entier, et maintenant tous se trouvent sur la même ligne de départ. Est-ce le moment tant attendu pour l’Afrique de se positionner économiquement à l’international ?

Le coronavirus : des effets économiques négatifs à court terme

Comme dans les autres pays du monde, la crise du COVID-19 laissera derrière elle, dans tous les pays de l’Afrique, des pertes d’emploi importantes qui se traduiront par une augmentation du chômage et une paupérisation. Bien que cette situation se produise aussi à l’international, le peuple africain risque d’en souffrir encore plus, alors que les bailleurs occidentaux viendront récupérer une autre part de son économie. Car la réalité est que la croissance de l’Afrique est un des moteurs économiques les plus importants au monde, mais ce sont trop souvent des entreprises externes à ses frontières qui en bénéficient.

Il faut, aujourd’hui, que les entrepreneurs Africains se régularisent et prennent leur part du marché. Car un des problèmes est que les africains en affaires fonctionnent souvent sans véritable statut juridique, ce qui non seulement les affaiblit en temps normal, mais qui causera certainement leur perte après le coronavirus, puisqu’ils n’auront pas droit aux aides financières gouvernementales. Il est temps pour eux de trouver un expert-comptable et d’établir des bases juridiques afin de prendre leur part sur le marché et de conserver l’économie africaine pour des entreprises du continent.

Comment bénéficier de la période de déconfinement international ?

Pour une fois, toutes les entreprises se retrouvent sur une même ligne de départ. Celles qui planifieront leur retour auront cependant une longueur d’avance. C’est pourquoi il est crucial que les dirigeants africains soient prêts à saisir l’opportunité, dès que les marchés internationaux ouvriront à nouveau.

Les pays devront soutenir leurs entrepreneurs en participant à leur fonds de trésorerie que la plupart d’entre eux ont perdu au cours des mois de crise sanitaire, alors qu’il n’y avait aucune activité économique. Cela devra aussi servir de leçon aux dirigeants africains afin qu’ils soient préparés dans le cas d’un retour du coronavirus ou d’un autre événement inattendu, pouvant causer une suspension de l’activité économique générale.

Surtout, il faut trouver les ressources nécessaires à l’intérieur de l’Afrique afin de ne pas se départir de nos ressources naturelles, en allant chercher des fonds de bailleurs étrangers. Il faut cesser ces mouvements de colonialisme en protégeant notre terre et nos biens.