Comment Covid-19 change la vie des Tanzaniens

Pendant que le Coronavirus sévissait en Asie, en Europe et en Amérique du Nord, au début de cette année, les experts médicaux ont averti que ce n’était qu’une question de temps avant que d’autres continents, dont l’Afrique, ne commencent à signaler des cas. Pour la Tanzanie, ce jour est arrivé le lundi 16 mars 2020, lorsque le ministre de la Santé, Ummy Mwalimu, a signalé le premier cas de Covid-19 dans le pays.

Ce premier cas, une femme, s’était rendue de Tanzanie en Belgique, le 3 mars et était revenue le 15 mars. Elle a pris un taxi jusqu’à la ville d’Arusha où elle s’est enfermée dans une pièce pour se mettre en auto-quarantaine mais a ensuite appelé les fonctionnaires du gouvernement qui l’ont emmenée se faire soigner. Le ministre a déclaré que la patiente était traitée en isolement et qu’elle se portait bien.

La nouvelle s’est rapidement répandue dans le pays, et la vie normale a semblé changer du jour au lendemain. À Dar-es-Salaam et dans d’autres grandes villes, les gens se sont précipités vers les magasins pour faire des provisions de nourriture, de boissons et d’autres produits de première nécessité.

Dans les pharmacies, l’épuisement des masques et des désinfectants pour les mains a été dramatique. Des entrepreneurs ont profité de la situation et en une nuit, ces produits, qui n’étaient pas encore connus du grand public dans le pays, ont vu leurs prix monter en flèche. Le prix des désinfectants pour les mains, par exemple, est passé de 1 dollar US pour une bouteille de 100 ml à 7 dollars. Une boîte de gants coûtait jusqu’à 20 dollars alors que les masques étaient complètement épuisés.

Le Premier ministre Kassim Majaliwa a fait fermer toutes les écoles primaires et secondaires, les collèges et autres établissements d’enseignement supérieur pendant un mois afin de contribuer à freiner la propagation du virus mortel. Dans tout le pays, des réunions et des conférences ont été annulées. Presque tous les espaces des bâtiments publics sont désormais équipés de désinfectants, de seaux d’eau chlorée et de savon pour le lavage des mains.

Le journalisme citoyen est en hausse dans le pays, de même que les rumeurs et les mythes sur Covid-19. La cohérence des médias grand public dans la communication des faits, chiffres et autres messages clés sur le virus a aidé les gens à mieux comprendre la maladie, mais il faut encore faire plus.
Les responsables gouvernementaux ont continué à éduquer les citoyens sur le virus. Le ministère de la Santé a mis en place une ligne téléphonique d’urgence que les gens peuvent appeler en cas de symptômes, et le Président John Magufuli a demandé aux Tanzaniens de contribuer à arrêter la propagation de la maladie. « Tous les progrès que nous faisons peuvent être stoppés par cette maladie qui tue de nombreuses personnes dans le monde, » a déclaré le chef de l’Etat.

Le Président Magufuli s’engage également dans une politique de distanciation sociale. Lorsqu’il a récemment rencontré un chef de l’opposition, au lieu de se serrer la main et de s’embrasser comme d’habitude, les deux hommes politiques se sont tapé sur les pieds, incitant les autres à faire de même. Pour aider les enfants à apprendre chez eux, l’UNIC partage également les plateformes d’apprentissage mondiales fournies par l’UNESCO.

Les économistes avertissent que l’impact social et économique de Covid-19 sera énorme. Les petites entreprises commencent à ressentir la chaleur. Par exemple, Mme Hassan, une vendeuse de produits alimentaires, craint que la propagation du virus ne tue son entreprise.
« Cette maladie est très mauvaise ; je perds mes clients très rapidement. Je dépends de la vente de nourriture pour payer mon loyer et nourrir ma famille. Je ne sais pas comment je vais survivre si les gens ne viennent pas acheter à cause de ce Coronavirus, » a déclaré Mme Hassan. Elle n’est pas seule dans cette situation. De nombreux autres petits commerçants du continent sont confrontés à cette incertitude.

Plus les Tanzaniens entendent l’appel à rester chez eux, plus leur vie continue de changer. Ce qui est clair cependant, c’est le besoin d’informations plus factuelles pour réduire la peur et la panique, et pour démystifier les mythes sur le virus.

Pour plus d’informations sur Covid-19, consultez le site www.un.org/coronavirus

Par  Stella Vuzo