Claudy Siar évincé de RFI ?

De nombreuses et persistantes rumeurs à Paris et en Afrique circulent sur la fin de l’émission de Claudy Siar, « Couleurs Tropicales ». Ni l’animateur, ni la direction de Radio France Internationale n’ont pour l’heure souhaité s’exprimer sur cette information. Il faudra sans doute attendre la nouvelle grille des programmes, le 30 octobre prochain, pour connaître le fin mot de l’histoire.

Claudy Siar viré ? La nouvelle de l’éviction de Radio France Internationale (RFI) de l’animateur vedette du paysage audiovisuel africain s’est répandue comme une traînée de poudre en Afrique et au sein de toute la diaspora. Exit donc, semble-t-il, l’émission « Couleurs Tropicales », qui aurait eu tout juste dix ans le 13 mars prochain. Pourquoi ? Si les spéculations vont bon train dans de nombreuses capitales du continent, nul ne sait officiellement à quoi s’en tenir. Claudy Siar, tout comme les responsables de RFI, n’ont souhaité s’exprimer sur l’affaire.

A Abidjan, la rumeur veut que l’animateur ait été remercié pour avoir diffusé trop de musique ivoirienne engagée à l’antenne. Voulant le faire taire, la nouvelle direction aurait décidé de se séparer de l’initiateur du mouvement « Génération consciente ». Pas de vagues. A Paris, la nouvelle circule que se sont ses sympathies avec l’humoriste Dieudonné qui lui auraient attiré l’inimitié des dirigeants. On l’accuserait même à demi-mot de racisme. Claudy Siar élément subversif ? Peut-être. Une chose est sûre : il y a bel et bien un contentieux entre RFI et l’animateur.

Poumon médiatique de la musique africaine

Si la disparition de Couleurs Tropicales s’avérait effective, on serait en droit de se demander l’intérêt de supprimer l’une des émissions vedettes de la grille de RFI. Devenu une véritable institution en Afrique, le programme est, à ce jour, l’une des grandes références pour le monde de la musique afro-caribéenne. « Passer chez Claudy » est encore pour nombres d’artistes un événement qui les introduit dans la cour des grands. Plus grave : avec la fin présumée de « Couleurs Tropicales », RFI perd son unique émission musicale africaine. Un espace d’expression s’éteindrait, réduisant un peu plus encore l’opportunité pour la musique africaine de se faire entendre.

Mais il ne faut pas réduire le rendez-vous musical de RFI à une simple boîte à musique. Et c’est peut-être là où le bât blesse. Car en replaçant les œuvres dans leur contexte historique et en interrogeant les artistes sur l’actualité dans leur pays respectif, Claudy Siar étoffe ses contenus d’une dimension historique et sociale. Politique diront certains. Humaniste diront les autres. Ou tout simplement culturelle et informative. Affaire à suivre…

Lire aussi :

 L’interview de Claudy Siar : « Pour ne plus être les paillassons de la société française »

 Claudy Siar le griot de la radio