CITES : les grenouilles de verre mieux protégées

Grenouille de vert
Grenouille de vert

(Panama City, Panama – 23 novembre 2022) – Dans le cadre d’une action décisive visant à freiner la croissance rapide du commerce mondial des animaux de compagnie exotiques, les dirigeants internationaux ont accepté, aujourd’hui, de renforcer la protection des grenouilles de verre (Centrolenidae) lors de la 19e Conférence des Parties (COP19) de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES).

Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) se félicite de cette décision

Actuellement, environ 50% des espèces de grenouilles de verre évaluées par la liste rouge de l’UICN sont menacées d’extinction, 10 espèces étant classées dans la catégorie « en danger critique d’extinction », 28 dans la catégorie « en danger » et 21 dans la catégorie « vulnérable ».

« Déjà soumise à une immense pression écologique résultant de la perte d’habitat, du changement climatique et des maladies, le commerce non géré et croissant des grenouilles de verre exacerbe les menaces existantes pour l’espèce », a déclaré Ilaria Di Silvestre, responsable de la politique et des campagnes de l’UE pour IFAW. « Ce commerce doit être réglementé et limité à des niveaux durables pour éviter d’aggraver les multiples menaces auxquelles elles sont déjà confrontées. »

La proposition d’inscrire toutes les espèces de grenouilles de verre à l’annexe II de la CITES a été présentée par les pays suivants : Argentine, Brésil, Costa Rica, Côte d’Ivoire, Équateur, États-Unis, Gabon, Guinée, Niger, Panama, Pérou, République dominicaine, Salvador et Togo.

Régulièrement trouvées cachées dans des cargaisons d’animaux exportés d’Amérique centrale vers l’Europe, les grenouilles de verre sont de plus en plus populaires dans le commerce international des animaux de compagnie. D’après les données commerciales du système LEMIS (Law Enforcement Management Information System) du United States Fish and Wildlife Service (USFWS) et une analyse des publicités en ligne, plus de neuf espèces de grenouilles de verre sont actuellement présentes dans le commerce international. En raison de la difficulté de différenciation des espèces et/ou de qualification comme « amphibien non CITES », le nombre réel est certainement plus élevé.

Les registres d’importation américains montre qu’entre 2016 et 2021, les importations de grenouilles de verre ont multiplié par 440. De surcroît les données concernant plusieurs espèces de grenouilles de verre sont toujours insuffisantes car, elles sont difficiles à étudier à l’état sauvage. Il est donc probable qu’un grand nombre d’entre elles soient également menacées.

Les grenouilles de verre au cœur du commerce d’espèces sauvages

« La grenouille de verre représente un grand nombre des défis liés à l’escalade du commerce d’espèces sauvages, en particulier pour les animaux de compagnie, depuis les difficultés associées à l’identification des espèces jusqu’à l’ampleur des espèces potentiellement menacées par le commerce », a ajouté Ilaria Di Silvestre. « Des mesures sont nécessaires à tous les niveaux afin que tous les acteurs jouent un rôle actif pour assurer la protection des espèces menacées. »

Comme il est presque impossible de différencier visuellement les espèces de grenouilles de verre, l’inscription a été proposée au niveau de la famille. Cela permet non seulement de simplifier la mise en œuvre pour les gouvernements disposant de moins de ressources, mais aussi d’éviter un déplacement du commerce des espèces inscrites vers les espèces non inscrites (comme on l’a vu, par exemple, avec les espèces de requins-marteaux, ce qui a été heureusement abordé lors de cette COP).

Cette inscription à l’annexe II de la CITES permettra d’accroître la collecte de données sur le commerce des espèces de grenouilles de verre. Il s’agit d’un élément essentiel pour mieux comprendre la demande et les réseaux commerciaux mondiaux qui existent mais restent largement inexplorés. La proposition a été adoptée par consensus.

Lire : Madagascar : une banque génétique pour protéger les espèces en voie de disparition