Cheb Khaled chassé d’Algérie ?

Cheb Khaled, Algérien naturalisé marocain
Cheb Khaled, Algérien naturalisé marocain

Le gouvernement algérien, dans l’escalade avec le Maroc, n’exclut pas de procéder à l’expulsion de ressortissants marocains établis en Algérie. Qu’en sera-t-il du chanteur Cheb Khaled, Algérien qui a été naturalisé marocain, au cas où il se trouverait dans son pays natal, au moment de l’application de cette mesure ?

Cheb Khaled expulsé d’Algérie ? C’est un scénario invraisemblable, mais qui n’est pas à écarter compte tenu de la tension vive qui prévaut dans les relations entre l’Algérie et le Maroc. Déjà le malaise s’était sans aucun doute installé chez le musicien au moment de la décision d’Alger de rompre diplomatiquement ses relations avec Rabat, les nouvelles mesures prises ne vont pas dans le sens de mettre à l’aise le hitmaker d’Aïcha.

Après la rupture diplomatique, Alger a interdit son espace aérien aux avions marocains, civils comme militaires. Même les avions immatriculés au royaume sont interdits de l’espace aérien algérien. Cette décision avait surpris plus d’un y compris à l’international, poussant l’ONU à appeler au clame et à la sérénité. L’on croyait que c’en était fini avec des mesures allant dans le sens d’éloigner les deux pays, une menace plane. Elle est encore plus radicale.

En effet, dans une interview au quotidien francophone Liberté, Arslane Chikhaoui, un conseil du Président algérien Abdelmadjid Tebboune, menace : « si le Maroc continue dans sa démarche d’hostilité sous toutes ses formes, l’Algérie passera incontestablement à d’autres étapes matérialisées dans le temps avec la fermeture de l’espace maritime, l’instauration de visa de circulation et à terme, si nécessaire, l’expulsion de ressortissants établis en Algérie ».

Il ne serait donc pas surprenant que le musicien-chanteur-compositeur-interprète, Cheb Khaled, Algérien qui a été naturalisé marocain, et qui revendique fièrement sa marocanité, fasse l’objet d’une expulsion de son propre pays, au moment où l’application de cette mesure le trouverait en Algérie. Car au point où évoluent les choses, aucune hypothèse n’est à écarter.

Rappelons que le 24 août dernier, l’Algérie avait décidé de la rupture des relations diplomatiques avec le Maroc, en raison des « actions hostiles » du royaume chérifien. Le 22 septembre dernier, l’Algérie a décidé de la fermeture de son espace aérien aux avions marocains civils et militaires et à ceux ayant un numéro d’immatriculation marocain.

A lire : Maroc ou Algérie, le difficile choix de Cheb Khaled