« Charlie Hebdo » : le point sur la tuerie

Vingt-quatre heures après l’attaque sanglante perpétrée contre le journal « Charlie Hebdo » qui a fait douze morts, c’est toujours l’émoi et la consternation dans le monde entier. Qu’en est-il des auteurs de cet attentat meurtrier. AFRIK.COM fait le point sur la situation.

Une attaque sans précédent

Mercredi 7 janvier 2015, alors que tout un chacun vaquait à ses occupations, le journal Charlie Hebdo est victime d’une attaque à la Kalachnikov. Deux hommes armés ont en effet ouvert le feu tuant douze personnes, dont deux policiers. Les assaillants prennent la fuite. Ils sont poursuivis par la police, mais parviennent à s’échapper.

Trois suspects identifiés

Aussitôt après l’attaque, une enquête a été ouverte et vite progressé. Trois hommes, dont deux frères, sont en effet suspectés d’avoir pris part à cette tuerie, qui a fait douze morts. Les suspects sont donc identifiés. Des perquisitions sont menées par des policiers à Reims, Strasbourg et dans plusieurs villes de la région parisienne. Mais, jusque tard dans la soirée, personne n’avait été interpellé. Toutefois, l’étau commençait à se resserrer autour de trois hommes.

Des maisons perquisitionnées

Dans la journée de mercredi, la Brigade antigang de la police judiciaire parisienne a déjà frappé des lieux susceptibles de constituer des points de chute pour les deux frères : Pantin et Gennevilliers. Mais les appartements perquisitionnés étaient vides. C’est plus dans la région de Reims que les recherches se sont concentrées, mercredi soir. Le RAID s’était rendu sur place et une opération de police était en cours.

Un appel à témoin lancé

La police lance un appel à témoin. Elle a diffusé, dans la nuit de mercredi à jeudi, les photos de deux suspects : Chérif et Saïd Kouachi, 32 et 34 ans. Chérif Kouachi avait été condamné en 2008 pour avoir participé à une filière d’envoi de combattants en Irak. La Préfecture de police de Paris avertit que les deux frères, nés à Paris et de nationalité française, sont « susceptibles d’être armés et dangereux ». Elle a mis à disposition un numéro vert (0805 02 17 17) pour « toute personne détenant des informations » les concernant.

Un des trois suspects se rend

Le troisième homme, un élève de 18 ans, par ailleurs , beau-frère de Chérif Kouachi, visé par un avis de recherche lancé mercredi, Mourad Hamyd, s’est rendu dans la soirée au commissariat de Charleville-Mézières et a été placé en garde à vue. Il est soupçonné d’avoir aidé les deux tireurs, et s’est rendu « après avoir vu que son nom circulait sur les réseaux sociaux ». Selon l’AFP, des internautes se présentant comme ses camarades de classe affirment que Mourad Hamyd était en cours avec eux au lycée au moment de l’attaque.

Sept personnes en garde à vue

En marge des opérations de perquisitions et de vérifications des lieux rattachés aux suspects, menées mercredi soir à Reims, Charleville-Mézières, Strasbourg, Pantin ou Gennevilliers, au total, sept personnes, notamment dans l’entourage des frères Kouachi, ont été placées en garde à vue mercredi soir.

Deuil national en France

L’attentat meurtrier contre le journal Charlie Hebdo a soulevé une vague d’émotion en France et à l’international. Un appel a été lancé pour un rassemblement à Paris, ce jeudi, en hommage aux victimes, notamment à l’occasion d’un deuil national, alors qu’une minute de silence sera observée à midi. Les drapeaux seront en berne pendant trois jours.

Douze personnes, dont les dessinateurs emblématiques Cabu et Wolinksi, ont été tuées dans l’attaque à la kalachnikov contre le journal satirique Charlie Hebdo. Onze autres personnes sont blessées, dont quatre dans un état critique.