Charles Blé Goudé à la CPI : « La procédure est irrecevable »

Une nouvelle audience va se tenir à la Cour pénale internationale (CPI), ce jeudi 1er mai, dans le cadre des poursuites à l’encontre de Charles Blé Goudé. La justice internationale estime que cet ancien leader des « Jeunes Patriotes », proche de l’ex-Président Laurent Gbagbo a une responsabilité pénale individuelle dans les meurtres, viols, actes de persécutions commis à partir de novembre 2010, après la dernière élection présidentielle en Côte d’Ivoire.

Charles Blé Goudé est incarcéré à La Haye depuis le 22 mars dernier. Il est poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) pour crime contre l’humanité suite à la crise post-électorale en Côte d’Ivoire, à partir de la fin de l’année 2010. Une nouvelle audience va se tenir ce jeudi 1er mai dans cette affaire. A cette occasion, Afrik.com a rencontré le porte-parole de Charles Blé Goudé, Youssouf Diaby.

Afrik.com : est-ce que Charles Blé Goudé sera présent à la CPI lors de son audience de ce 1er mai ?

Youssouf Diaby :
il est probable qu’il soit présent.

Afrik.com : qu’attendez-vous de cette nouvelle audience ?

Youssouf Diaby :
il s’agit encore de l’identification de Charles Blé Goudé, ainsi que d’envisager la forme juridique vers laquelle veut se tourner la CPI. Il s’agit aussi de voir les charges qui seront retenues contre lui. Nous attendons que la justice soit faite et que la CPI rende la justice et non pas qu’elle rende un jugement politique.

Afrik.com : le 10 avril dernier, Maître Nicolas Kaufman, l’avocat de Blé Goudé, a adressé une requête au juge unique de la chambre préliminaire 1 et indiqué que son client souhaitait « contester la légalité des circonstances de son arrestation » et « examiner la recevabilité de la procédure engagée contre lui devant la CPI ». Sur quels éléments Charles Blé Goudé se base-t-il pour contester la légalité des circonstances de son arrestation ?

Youssouf Diaby :
selon les statuts de Rome qui fondent la CPI, quand on est poursuivi pour crime de guerre, la CPI est une cour complémentaire des juridictions nationales. Si dans un pays, on ne peut pas être jugé, l’accusé est transféré à la CPI. Mais le premier magistrat de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, a indiqué que la Côte d’Ivoire était capable de juger des personnes de façon impartiale, contrairement à l’époque de Laurent Gbagbo, et que les institutions nécessaires pour cela existent. La Côte d’Ivoire s’est dit apte à juger Simone Gbagbo (la femme de Laurent Gbagbo, poursuivi aussi par la CPI pour son rôle dans les violence post-électorales), mais elle ne juge pas Charles Blé Goudé, ce n’est pas normal.

Afrik.com : pourquoi la procédure engagée contre lui ne serait-elle pas recevable ?

Youssouf Diaby :
la procédure n’est pas recevable pour la même raison. Et aussi parce que Charles Blé Goudé a été arrêté au Ghana, qui est membre de la CPI. Ce pays avait refusé de l’extrader, alors que la CPI avait pourtant demandé au Ghana son extradition. C’est quand la Côte d’Ivoire lui a demandé, pays qui fait partie intégrante du litige, que le Ghana a extradé Charles Blé Goudé. Ce pays a estimé que la Côte d’Ivoire était à même de juger Charles Blé Goudé.

Afrik.com : pensez-vous que la procédure a des chances d’aboutir ?

Youssouf Diaby :
si le droit est dit, normalement la procédure est irrecevable. La CPI a dit que si la Côte d’Ivoire voulait finalement juger Blé Goudé, il faut d’abord qu’il se rende à La Haye et qu’ensuite, la Côte d’Ivoire fasse une demande pour qu’il revienne et soit jugé dans ce pays. Il peut donc toujours être jugé en Côte d’Ivoire. Mais si le droit est dit, la procédure devrait être irrecevable.

Afrik.com : quel est l’état d’esprit de votre client à quelques instants de cette nouvelle comparution ?

Youssouf Diaby :
son moral est très fort. Il a un moral d’acier. A chaque fois que je lui parle, il est très décidé.

Afrik.com : l’ex-Président Laurent Gbagboy est aussi incarcéré à La Haye depuis 2011 pour sa responsabilité présumée dans la crise post-électorale. Est-ce que Charles Blé Goudé a pu le rencontrer ? Quelle est la nature actuelle de leur relation ?

Youssouf Diaby :
Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé sont vraiment très proches. C’est une relation père-fils entre les deux. Ils se soutiennent entre eux, car ils sont innocents et cela fait maintenant trois ans que Gbagbo est derrière les barreaux.

Afrik.com : Charles Blé Goudé devrait-il être jugé en Côte d’Ivoire ?

Youssouf Diaby :
Charles Blé Goudé devrait être jugé en Côte d’Ivoire. S’il a commis des actes répréhensibles, nous nous en remettons au droit. Mais comme il n’a rien fait, il ne sera pas jugé.

Vidéo de « l’entretien du jour » de la chaîne Télésud, avec le porte-parole de Charles Blé Goudé, Youssouf Diaby


Entretien du jour du 310314 Youssouf Diaby… par telesud