Chants de Cannes présente sa « Rézonans Kréol »

Le concert Rézonans Kréol aura lieu le samedi 24 février à Saint Denis, en banlieue parisienne. S’y produiront les artistes Mike Ibrahim et Tedjee. Il est organisé par l’association Chants de cannes qui se veut un moteur de la promotion des cultures créoles de la Caraïbe et de l’Océan Indien. Patrick Kancel, co-fondateur de l’association, explique à Afrik sa démarche.

Le concert Rézonans Kréol, le premier organisé par l’Association Chants de canne aura lieu le samedi 24 février à Saint Denis, en banlieue parisienne. Mike Ibrahim et Tedjee, deux chanteurs et musiciens des nouvelles vagues martiniquaises et guyanaises seront sur scène. Chants de cannes a été créée en février 2006 par Eric Germani, martiniquais de 33 ans, et Patrick Kancel, artiste guadeloupéen de 29 ans. L’association a pour objectif la mise en valeur de la culture créole de la Caraïbe et de l’Océan Indien. Patrick Kancel répond aux questions d’Afrik.com

Afrik.com : Pourquoi Chants de canne ?

Patrick Kancel:
Chants de canne porte une certaine attention sur la musique traditionnelle de la Caraïbe et de l’Océan indien et plus particulièrement celle des DOM avec des musique telles que le Gwo Ka guadeloupéen, le Maloya réunionnais, le Bèlè en Martinique et le Kasséko en Guyane. La musique créole est née dans les champs de cannes. Nous avons voulu jouer sur ce jeu de mot. Certains refusent cette relation mais c’est une réalité.

Afrik.com : Quel est l’objectif de votre association?

Patrick Kancel :
Chants de canne a un rôle éducatif. Elle veut lutter contre l’amnésie collective en accomplissant un devoir de mémoire en reliant l’histoire créole courte à celle de l’Afrique, par exemple en reprenant le tracé d’un bateau négrier. La promotion de la culture créole, en particulier celle des DOM, est le principe fondateur de cette association et la culture englobe la langue et le mode de vie qui va avec la tradition créole. Nous voulons également mettre en valeur les artistes d’origine créole nés en France et vivant en France. Le créole est issu d’une culture métisse et nous souhaitons faire passer le message qu’aujourd’hui, ce métissage n’est plus imposé mais accepté et assumé. Eric Germany, l’un des fondateurs de l’association a coutume de dire que « en réalité, le créole ne devrait pas exister ». S’il n’y avait pas eu l’esclavage, il n’y aurait pas non plus de peuple créole. Nous espérons réunir la maximum de personnes (créoles ou pas) sensibles à cette culture. Il faut s’intéresser à son histoire, sa situation actuelle, ensuite développer un processus de diffusion et de partage pour nous et les générations futures.

Afrik.com : Rézonans Kréol est la première édition, quel est son but ?

Patrick Kancel
: Rézonans Kréol est un événement concert organisé en collaboration avec Artmanaprod. Il a été entièrement autofinancé. Durant ce concert, les artistes revivifieront leur culture maternelle au travers de la langue créole. Le but est d’en organiser d’autres, par la suite, avec des plateaux différents et des sensibilités musicales différente telle le rap, le jazz et tant d’autres. Pour le moment ce n’est qu’un projet. Cette première édition est comme une présentation du concept de Rézonans Kréol. On espère que les gens viendront nombreux samedi. Cela nous permettra éventuellement avoir de nouveaux adhérents.

Afrik.com : Pourquoi avoir choisi Mike Ibrahim et Tedjee pour la première édition ?

Patrick Kancel
: On veut toucher les DOM. Les artistes choisis représentent bien la culture créole et celle du métissage. Tedjee est guyanais et Mike est un super métissage car il est à la fois malgache, comorien, breton et afro-américain.

 Le concert Rézonans Kréol, aura lieu le samedi 24 février, à 20h30, au LIGNE 13, 12 rue de la résistance, à Saint-Denis.