Championnats du monde d’athlétisme : l’Afrique et les Caraïbes finissent en beauté

Les deux derniers jours des 10è Championnats du monde d’athlétisme d’Helsinki (Finlande) ont été très favorables à l’Afrique et aux Caraïbes. Les temps forts de ce dernier week-end de compétition auront été le triplé éthiopien sur 5 000 m féminin et le record du monde, au javelot, de la Cubaine Osleidys Menéndez.

A vos marques, prêts, partez !!! C’est ce samedi que commencent les dixièmes Championnats du monde d’athlétisme, à Helsinki, en Finlande. Ils se clôtureront le 14 août et toute l’Afrique espère que ses athlètes brilleront autant si ce n’est plus qu’aux deux dernières éditions (2001 et 2003) où ils avaient totalisé à chaque fois 22 médailles. Certains sportifs sont quasiment sûrs de monter sur le podium, comme Françoise Mbango Etone, Kenenisa Bekele, Wilson Kipketer, Hestrie Cloete ou encore Maria Mutola. On notera toutefois l’absence du Marocain Hicham El-Guerrouj, légende du 1 500 et du 5 000m, ainsi que celle du Kenyan naturalisé américain, Bernard Lagat (1 500m).

 Hicham El-Guerrouj : le grand absent
La légende de l’athlétisme international dit non aux championnats

Le double champion olympique des 1 500 et 5 000 mètres, a annoncé lundi dernier, dans le journal L’Equipe, qu’il ne participerait pas aux Championnats du monde d’athlétisme d’Helsinki. L’athlète le plus rapide de l’histoire sur 1 500m, fatigué physiquement et mentalement après les Jeux d’Athènes (2004), et atteint d’une angine, a préféré renoncer aux Mondiaux. En 10 ans, il n’avait jamais manqué ce championnat. Il aurait visé à Helsinki une cinquième couronne planétaire consécutive. Il compte reprendre la compétition en janvier prochain, avant de mettre un terme à sa carrière en 2006.

 Françoise Mbango Etone : La triple sauteuse à battre
Triple saut, Cameroun

Avant de décrocher l’or aux Jeux Olympiques d’Athènes en 2004, Françoise Mbango Etone a décroché de nombreuses médailles d’argent : aux jeux du Commonwealth en 1998 et aux Championnats du monde d’athlétisme en 2001 et 2003. Elle atteint la consécration en finale du triple saut à Athènes, en franchissant le cap des 15m30. Elle établit à cette occasion un nouveau record d’Afrique et améliore son record personnel de 25 centimètres. Elle est la première femme à dépasser les 15 mètres à cinq reprises au cours d’une même compétition. Sa médaille d’or est la première médaille olympique obtenue par le Cameroun en athlétisme.

 Kenenisa Bekele : Le roi du 10 000m
5 000 et 10 000m. Ethiopie

Kenenisa Bekele a annoncé vendredi qu’il renonçait à courir le 5 000 m pour ces Championnats du monde afin de se concentrer sur le 10.000 m. Le détenteur des records du monde des deux distances, élu athlète de l’année 2004 par la Fédération internationale (IAAF), avait remporté lors des derniers Mondiaux, en 2003, son deuxième titre sur 10.000 m, mais avait terminé troisième du 5.000. Aux J.O d’Athènes en 2004, il avait été sacré sur 10.000 m mais avait été battu par le Marocain Hicham El-Guerrouj sur 5 000 m. En mars dernier, deux mois après le décès brutal de sa fiancée, Bekele avait réussi pour la quatrième fois consécutive le doublé cross long et court lors des Championnats du monde de la spécialité. Il est le coureur de cross le plus titré de l’histoire avec ses 8 titres individuels (et encore de nombreux autres par équipe). Il est le digne héritier de son compatriote Haile Gebreselassie, qu’il a dépossédé de ses records du monde du 5 000 et 10 000 m. Il est en train de devenir l’un des plus grands coureurs de fond de l’histoire.

 Hestrie Cloete : L’or ou l’argent à la hauteur
Saut en hauteur, Afrique du Sud

Hestrie Cloete, est une athlète complète, pratiquant le saut en hauteur, le saut en longueur et le demi-fond. Elle apparaît sur la scène internationale à la hauteur en 1998 lors de la Coupe du Monde où elle termine à la seconde place. Elle remporte son premier titre lors des Championnats du monde 2001 à Edmonton. Puis lors des championnats du monde d’athlétisme 2003 de Paris, elle confirme son titre, en franchissant toutes ses barres précédant 2,06m au premier essai. Elle reçoit également cette même année le titre d’athlète de l’année avec d’Hicham El Guerrouj.

 Wilson Kipketer : L’habitué des podiums
800m. Danemark

Wilson Kipketer, athlète kenyan ayant pris la nationalité danoise, reste un redoutable compétiteur sur 800 m. Il devient champion du monde lors des Championnats du monde d’athlétisme 1995. Mais les autorités kenyanes lui ayant refusé sa lettre de sortie, il ne dispute pas les Jeux Olympiques d’été de 1996 à Atlanta. L’année suivante, il bat le record du monde de Sebastian Coe. Durant la même année, il bat également le record indoor et devient champion du monde pour la seconde fois lors des Championnats du monde d’athlétisme 1997 à Athènes. Les ennuis reviennent en 1998 : au début de l’année, il est atteint d’une violente crise de malaria qui le tient éloigné des pistes toute l’année. De retour en 1999, il conserve son titre lors des Championnats du monde d’athlétisme 1999 à Séville. Blessé à un pied à 4 mois des Championnats du monde d’athlétisme 2001, il revient en 2002 et devient champion d’Europe. Lors des championnats du monde suivants, à Paris, il doit s’employer plus dans les séries et ne finit finalement que 4e de la finale. A Athènes lors des Jeux Olympiques d’été de 2004, il ne remporte que la médaille de bronze.

 Maria de Lourdes Mutola : Derniers championnats ?
800m Mozambique

Maria Mutola a dominé les épreuves du 800m à partir de 1993 où elle a gagné le titre mondial de l’épreuve à Stuttgart. Aux Jeux Olympiques d’Atlanta en 1996, Mutola remporte la médaille de bronze, la première médaille olympique pour le Mozambique. En 2000, à ses quatrièmes Jeux Olympiques, Mutola gagne enfin la médaille d’or. En 2001 elle remporte à nouveau le titre mondial à Edmonton. Elle commence aujourd’hui à être âgée, 33 ans, et cette année marquera sans doute sa dernière participation à des championnats du monde.

 L’Afrique comptera aussi sur les Kenyans pour l’épreuve du 3 000m steeple, qui reste une de leurs grandes chasses gardées. Ils décrochent en effet souvent des podiums entièrement aux couleurs du pays, comme aux JO d’Athènes en 2004.