Ceuta et Melilla : la Garde Civile ne fera plus usage de balles en caoutchouc


Lecture 2 min.
arton37774

Le ministère de l’Intérieur espagnol a annoncé mardi que la Garde civile ne ferait plus usage de balles en caoutchouc pour repousser les tentatives d’entrée des migrants sur les enclaves espagnoles.

Le ministre de l’Intérieur espagnol, Jorge Fernandez Diaz, a annoncé mardi que la Garde civile n’utiliserait désormais plus de balles en caoutchouc pour repousser les migrants aux frontières de Ceuta et Melilla.

Ces dernières semaines, les deux enclaves espagnoles ont régulièrement fait la Une de l’actualité. Situées à la frontière marocaine, elles constituent les seuls points d’entrée terrestre entre l’Afrique et l’Union Européenne, et subissent de plein fouet un regain de la pression migratoire, obligeant la Garde civile à repousser chaque jour les tentatives d’entrée en force des immigrants subsahariens.

Le 6 février dernier, dans une tragique tentative d’assaut, 14 migrants avaient perdu la vie en tentant de gagner le territoire espagnol à la nage. Un drame qui avait déclenché une vive polémique sur l’attitude des forces de l’ordre espagnoles, accusées d’avoir fait utilisation de matériel anti-émeute pour repousser les migrants.

Des témoignages, recueillis par l’ONG « Caminando Fronteras » auprès des survivants, avaient, en effet, fait état de l’utilisation de balles en caoutchouc et de bombes lacrymogènes, causant la noyade des clandestins.

Mais selon le secrétaire d’Etat espagnol à la Sécurité, Francisco Martinez, la Garde civile n’a commis aucune erreur. « Nous avons été soumis à une énorme pression migratoire et ce qu’a fait la Guardia civil, c’est d’utiliser les moyens les plus adéquats pour éviter un assaut illégal en veillant à ce que cela soit cohérent, approprié et proportionné », a-t-il expliqué.

Si les balles en caoutchouc seront désormais bannies, Europa Press souligne que la Garde civile pourra toujours faire usage de balles à blanc, et d’autres moyens de défense tels que de boucliers ou de matraques pour repousser les assauts.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter