Ces migrants qui devront être rapatriés au Maroc

Certains migrants originaires du Maroc devront se préparer à rentrer au bercail, suite à des accords signés par le royaume. Les détails.

Dans le but de faciliter le retour des migrants mineurs dans leur pays d’origine, le ministre français de la justice, Eric Dupond-Moretti, a, avec son homologue marocain, Mohamed Ben Abdelkader, signé un accord visant entre autres à réduire le nombre de clandestins originaires d’Afrique, surtout du Nord.

C’est donc dans le cadre de cette entente judiciaire que cet accord a été signé, et qui vise à mettre en place les mécanismes nécessaires pour la prise en charge des mineurs non accompagnés originaires du Maroc. C’est, ce qu’a déclaré le ministre français de la Justice, Eric Dupond-Moretti.

L’objectif, souligne le ministre français après avoir signé le document avec son homologue marocain, Mohamed Ben Abdelkader : « permettre aux magistrats de la jeunesse de disposer des éléments indispensables pour prendre les mesures les plus adaptées à l’intérêt de ces enfants, y compris le retour ».

Selon Mohamed Ben Abdelkader, la « déclaration d’intention sur la prise en charge des mineurs non accompagnés définit le cadre judiciaire, selon lequel les différentes entités interviennent dans cette prise en charge », faisant allusion aux juges, au parquet et autres assistantes sociales.

Les estimations des pouvoirs publics français et des ONG font état d’au moins 16 000 mineurs clandestins dans l’Hexagone, relève l’AFP. Chiffre qui peut atteindre et 40 000, dans certains cas. La protection dont jouissent tous les mineurs, avec notamment la Convention internationale des droits de l’Enfant, fait que les procédures pour les moins de 18 ans sont les plus complexes.

A lire : Dupond-Moretti : avocat de Mohammed VI, Ministre et Ambassadeur de la France au Maroc