Viols d’enfants en Centrafrique : Hollande hausse le ton contre les soldats coupables

Selon des informations révélées par « The Guardian », mercredi, la France a lancé une enquête, depuis juillet 2014, à l’encontre de soldats français accusés de viols sur mineurs en Centrafrique. Le Président français, François Hollande, a indiqué qu’il sera « implacable » contre d’éventuels coupables.

L’information a été confirmée par le ministère français de la Justice. La France enquête, depuis juillet 2014, sur des viols supposés commis par des soldats français en Centrafrique sur des enfants. Le quotidien anglais The Guardian a révélé l’affaire mercredi. Le Président français François Hollande a affirmé sa détermination à punir de façon « exemplaire » les éventuels coupables.

En déplacement à Brest, dans l’est de la France, le chef d’Etat français a réagi aux allégations du journal anglais. Il a indiqué avoir lancé une enquête et saisi la justice dès que les premières informations lui sont parvenues. Le Président français a ajouté que si les faits étaient avérés, des « sanctions exemplaires » seront prises, précisant qu’il ne laisserait pas les militaires français voir leur uniforme écorné, selon Libération.

L’inaction de l’ONU

Le journal fait état d’accusations très sérieuses, reposant sur des témoignages détaillés. Des enfants âgés de moins de 15 ans auraient été soumis à des abus sexuels, « exploités sexuellement », « violés » et « sodomisés », en échange de nourriture. Ces faits se seraient déroulés entre décembre 2013 et juin 2014 à l’aéroport de M’Poko, à Bangui.

L’organisation des Nations Unies aurait ouvert une enquête au printemps 2014 et recueilli des témoignages d’enfants. Un cadre humanitaire suédois des Nations Unies, Anders Kompass, aurait transmis le rapport, intitulé »Abus sexuels sur des enfants par les forces armées internationales », à des officiels français devant l’inaction de l’institution, en violation des procédures onusiennes. Il a été suspendu de ses fonctions depuis.

La France a dépêché une équipe à Bangui pour enquêter en collaboration avec l’ONU. Le ministère de la Défense a déclaré que toutes les mesures seront prises pour parvenir à la manifestation de la vérité.

Près de 2 000 soldats français sont déployés en Centrafrique depuis décembre 2013.