Centrafrique – Prestation serment : « espérons que Djotodia tienne parole »

L’hémicycle de l’ex-Assemblée nationale a servi de cadre, le 18 août 2013, à la cérémonie de prestation de serment du Président de la transition, Michel Djotodia Am Nondroko. L’homme s’est engagé devant la Cour constitutionnelle de transition sur l’invitation de son président, Zakaria Douba.

D’imminentes personnalités dont le Président tchadien, Idriss Deby Itno, président en exercice de la CEEAC, le Président congolais, Denis Sassou-Nguesso, médiateur de la crise centrafricaine, le ministre soudanais de la défense, le président de l’Assemblée nationale du Gabon, le vice-Premier ministre camerounais, le vice-Premier ministre équato-guinéen ont rehaussé de leur présence la prestation de serment de Djotodia.

Conformément à l’article 24 de la Charte constitutionnelle

« Moi Michel Djotodia Am Nodroko, chef de l’Etat de la transition, je jure devant Dieu et devant la Nation d’observer scrupuleusement la Charte constitutionnelle de transition, de garantir l’indépendance et la pérennité de la République, de sauvegarder l’intégrité du territoire, de préserver la paix, de consolider l’unité nationale, d’assurer le bien-être du peuple centrafricain, de remplir consciencieusement les devoirs de ma charge sans aucune considération d’ordre ethnique, régional, religieux ou confessionnel, de ne jamais exercer les pouvoirs qui me sont dévolus par la Charte constitutionnelle de transition et les lois de la République à des fins personnelles et de n’être guidé en tout que par l’intérêt national et la dignité du peuple centrafricain » C’est en ces quelques mots forts de sens que le Président de la transition, Michel Djotodia Am Nodroko, la main gauche sur la charte constitutionnelle de la transition, la main droite levée vers le ciel, a juré devant la Cour constitutionnelle de transition sur l’invitation de Zakaria Douba, président de la Cour. Ceci conformément à l’article 24 de la Charte constitutionnelle de la transition.

Remise des symboles de gestion du pouvoir au Président

Tout a commencé par la lecture du procès verbal de la session extraordinaire du Conseil national de la transition du 18 juillet 2013, à l’issue de laquelle Djotodia a été élu par acclamation par les conseillers nationaux pour être Président de la transition.
Le cérémonial de la prestation de serment qui s’est déroulé sous la houlette de la Cour constitutionnelle de transition a consisté, tout d’abord, au mot de prestation de serment du Président de la transition. S’en est suivi la remise des symboles de gestion du pouvoir au Président Djotodia. Le Chef d’état-major des armés a été le premier à remettre au chef de l’Etat de transition, le drapeau de la République centrafricaine, en signe de la patrie dont il doit désormais gouverner la destinée. Puis, le couteau de jet a été remis par Lucien Dambalé en signe de la défense de l’intégrité du territoire national. Enfin, la calebasse de semence a également été remise au Président de la transition pour qu’il puisse assurer durant la transition, l’abondance au peuple centrafricain.

« Espérons que Djotodia tienne parole »

Une fois installé, le président Djotodia a laissé son cœur parler : « je mesure la portée de cette lourde charge de conduire la transition à bon port », a-t-il avoué. A cet effet, le Président a promis de tout mettre en œuvre pour : rétablir la sécurité sur l’ensemble du territoire; assurer la sécurité du peuple centrafricain sur l’ensemble du territoire; restaurer l’autorité de l’Etat dans tout le pays; construire une armée véritablement républicaine; relancer l’économie nationale; assurer la bonne gouvernance; construire de nouvelles infrastructures; garantir la laïcité de l’Etat. La dernière promesse est que la transition débouchera sur des élections crédibles et apaisées, afin de doter le pays de nouvelles autorités, dont la légitimité ne doit souffrir d’aucune contestation.
Au-delà de tout, ces genres discours classiques ont toujours été prononcés aux Centrafricains, alors que rien n’est fait par la suite. Espérons que Djotodia qui a déjà des défis primaires à relever, notamment le rétablissement véritable de la sécurité, tienne parole pour sortir le peuple centrafricain de ce gouffre où il est plongé.