Centrafrique : Michel Djotodia promet un remaniement ministériel

En tournée dans la sous-région, le président centrafricain de la transition, issu de la rébellion Séléka, a annoncé samedi la formation demain, mardi 4 juin, d’un nouveau gouvernement prenant, cette fois-ci, en compte toutes les sensibilités politiques de son pays.

Autoproclamé président de la transition de la Centrafrique, à la suite du renversement le 24 mars de François Bozizé, l’ex-chef rebelle Michel Djotodia a annoncé samedi 1er juin la formation d’un nouveau gouvernement, alors qu’il se trouvait à Oyo, au Congo-Brazzaville, en tournée dans la sous-région. Un remaniement ministériel qui doit se faire demain, mardi 4 juin.

« Il va falloir mettre en place un nouveau gouvernement et c’est ce à quoi s’attèle le Premier ministre, Nicolas Tiangaye, qui a entrepris les consultations. Ce gouvernement sera mis en place d’ici 72 heures et tiendra compte de toutes les entités du pays », a déclaré avant hier le chef d’Etat centrafricain.

Le nouvel homme fort de la Centrafrique s’est, par ailleurs, prononcé sur le cantonnement « dans l’urgence » des ex-rebelles de la Séléka qui sèment depuis trois mois la terreur à Bangui, la capitale centrafricaine. « Cantonner nos hommes, nos troupes, dans les différentes préfectures, c’est ce qui est en train de se faire en ce moment », a-t-il fait savoir, afin de « démilitariser Bangui », précisant que « d’ici au maximum deux semaines, trois semaines, le cantonnement se fera totalement ».

Michel Djotodia vers la normalisation de l’Etat ?

Face aux pressions, critiques, dénonciations et condamnations, le président Djotodia cède car la situation était devenue intenable dans la capitale centrafricaine. Depuis l’arrivée au pouvoir des ex-rebelles, pas un jour ne passait sans que la population se fasse piller, violer voire abattre par des éléments incontrôlés de la Séléka.

Tout porte, donc, à croire que le président de la transition s’oriente vers la normalisation de la Centrafrique. Un nouveau cap qui a débuté, le 30 mai, lorsque Michel Djotdia a remis officiellement à l’Unicef plus d’une cinquantaine d’enfants soldats enrôlés dans les rangs de la coalition des rebelles de la Séléka. Le Représentant de l’ONG à Bangui, M. Souleyman Diabaté, a alors reçu ces enfants au Camp de Roue, en présence de Mme Margaret Vogt, Représentante Spéciale du Secrétaire général de l’ONU en République centrafricaine.

En remaniant son équipe ministérielle, l’actuel homme fort de la Centrafrique fait preuve de pragmatisme face aux critiques de l’opposition qui réclamait plus de pluralisme dans son gouvernement. On verra, demain, si le nouveau gouvernement Djotodia tiendra toutes ses promesses.